Maurice Grimal

De Wikimanche

Maurice Henri Grimal, né à Boulogne-Billancourt (Seine, aujourd'hui Hauts-de-Seine) le 19 septembre 1928 [1] et mort à Cherbourg-Octeville le 20 juin 2013 [1], est un homme politique de la Manche.

Officier supérieur de la Marine nationale, Maurice Grimal est muté comme ingénieur au Commissariat à l'énergie atomique (CEA) pour travailler à Saclay (Essonne) sur le prototype du premier réacteur nucléaire qui est ensuite installé au centre de Cadarache à Saint-Paul-lès-Durance (Bouches-du-Rhône) [2].

Il est envoyé à l'École atomique de Cherbourg en 1958 pour suivre l'armement du Gymnote 2 (Q-244), projet de sous-marin à propulsion nucléaire [3]. Il est ensuite nommé représentant permanent du CEA à l'arsenal de Cherbourg, chargé du suivi de la construction et des essais de la chaufferie du sous-marin Le Redoutable, premier sous-marin nucléaire lanceur d'engins (SNLE). Promu directeur de l'établissement local de Technicatome, filiale du CEA pour l'ingénierie, il participe à l'aménagement et la construction des réacteurs nucléaires des six premiers SNLE et des cinq premiers sous-marins nucléaires d'attaque (SNA) [2]. Il travaille enfin sur les premières études du futur SNLE de nouvelle génération (SNLE-NG) [2].

Retraité en 1990, il devient délégué départemental de l'association Egée de 1991 à 1995.

Installé à Querqueville en 1974, il entre en politique comme conseiller municipal en 1989. Il est directeur de campagne d'Yves Bonnet, élu député UDF de la Manche [2]. Il succède au socialiste Daniel Dufour comme maire RPR de Querqueville en 1995. En 2001, il est réélu en rassemblant 58 % des suffrages face au candidat de la gauche plurielle André Lefebvre. Il assainit les finances communales, crée des équipements pour la jeunesse et l'enfance (cantine, espace jeunes, halte-garderie) ainsi que la salle Imagin'arts. Il doit également gérer la fermeture du site Alcatel-CIT et lance la réappropriation du littoral par l'achat de terrains le long de la plage et la négociation d'une rétrocession du port [2].

Il siège durant ses deux mandats à la communauté urbaine de Cherbourg en tant que vice-président chargé du développement économique. Il gère à ce titre les dossiers de l'Abattoir de Cherbourg et de l'Aéroport de Cherbourg-Maupertus [2]. À 79 ans, il ne se représente pas aux élections municipales de 2008 : son adjoint Jean-Michel Maghe est élu à sa place. Par arrêté préfectoral, il est nommé maire honoraire le 12 juin 2008.

Il meurt à 84 ans [4]. Ses obsèques ont lieu le 24 juin 2013.

Notes et références

  1. 1,0 et 1,1 « Fichier des personnes décédées », data.gouv.fr, Insee, année 2013.
  2. 2,0 2,1 2,2 2,3 2,4 et 2,5 «  Nécrologie : Maurice Grimal, ancien maire de Querqueville », La Presse de la Manche, 21 juin 2013.
  3. « Nécrologie : Maurice Grimal », site de Ouest-France, 20 juin 2013, (lire en ligne).
  4. « Maurice Grimal, ancien maire de Querqueville, s'est éteint », Site internet de La Manche Libre, 20 juin 2013.