Maurice Durchon

De Wikimanche

Maurice Roger Paul Durchon, né à Cherbourg le 9 février 1921 [1] et mort à Caen (Calvados) le 23 novembre 1994 [2] est une personnalité scientifique de la Manche.

La zoologie pour matière première

 Ancien élève du lycée Victor-Grignard, Maurice Durchon prépare une licence de sciences de 1942 à 1944 [3]. Malgré des difficultés accrues pendant la période d’occupation, il est licencié en juin 1944 [3]. Le 1er novembre 1945, il est appelé en qualité d’assistant de zoologie, à la faculté des sciences de Caen [3].

Chef de travaux de zoologie, le 1er octobre 1949, à la même faculté, il réorganise le laboratoire maritime de Luc-sur-Mer (Calvados), détruit lors des événements de juin 1944 [3]. En juin 1952, il soutient brillamment, avec félicitations du jury, une thèse de docteur es-sciences. L’étendue de ses travaux obtient un grand retentissement, même à l’étranger [3].

C’est alors que les avancements se succèdent rapidement : nommé maître de conférences de zoologie à la Faculté des sciences d’Alger (Algérie), le 1er novembre 1955, puis professeur, le 1er janvier 1956, professeur titulaire à titre personnel, toujours à Alger, le 1er janvier 1958 [3]. Il occupe les fonctions de professeur titulaire de la chaire de zoologie de Lille (Nord) en 1959, où il crée un important laboratoire de biologie animale [3]. Il est successivement directeur de l’UER de biologie, du laboratoire maritime de Wimereux (Pas-de-Calais), du Centre de recherche sur la cellule, membre du conseil scientifique du Centre de recherche sur le cancer et membre élu du Comité national du CNRS [3].
Il passe régulièrement ses vacances dans la maison familiale du “Feugré” à Agon, où son père est receveur des Postes.

Notes et références

  1. « Fichier des personnes décédées », data.gouv.fr, Insee, année 1994.
  2. « Acte de décès n° 2280 - État-civil de Caen - Fichier des personnes décédées », data.gouv.fr, Insee, année 1994.
  3. 3,0 3,1 3,2 3,3 3,4 3,5 3,6 et 3,7 Dictionnaire des personnages remarquables de la Manche, tome 4, sous la direction de René Gautier.