Match de football US Granville-Ol. Marseille (2016)

De Wikimanche

USG-OM.png
La Presse de la Manche, 4 mars 2016.
Ouest-France, 4 mars 2016.

Le match de football opposant l'US Granville à l'Olympique de Marseille a lieu le 3 mars 2016, à Caen (Calvados), pour le compte des quarts de finale de la Coupe de France.

L'Olympique de Marseille se qualifie pour les demi-finales en gagnant 1 but à zéro dans le temps réglementaire.

C'est la première fois qu'une équipe amateur manchoise atteint ce niveau. Elle égale le record détenu par l'AS Cherbourg lors de la saison 1965-1966, alors qu'elle avait le statut professionnel.

Le match est télévisé en direct sur la chaîne payante Eurosport 2.

Contexte

La Presse de la Manche, 3 mars 2016.
Autocollant édité par France Bleu Cotentin.
Ouest-France, 2 mars 2016.

L'US Granville évolue en championnat de France amateur 2 (CFA2). Elle est alors 2e : 9 victoires, 4 nuls, 3 défaites, 31 buts marqués, 19 encaissés (+ 12).

L'Olympique de Marseille dispute le championnat de Ligue 1. Il est alors 13e (avec un match en moins) : 8 victoires, 12 nuls, 7 défaites, 37 buts marqués, 28 encaissés (+ 9).

Il y a quatre niveaux de différence entre les deux équipes.

Dans l'histoire de la Coupe de France, Granville est le cinquième club de CFA2 à atteindre les quarts de finale, après Rouen en 1999, Schiltighem en 2003, Carquefou en 2008 et Chambéry en 2011 [1]. Aucun n'est allé plus loin.

Le match suscite un véritable engouement : lors de leur mise en vente le 23 février, les 17 760 billets sont vendus en huit heures [2]. 1 500 places supplémentaires VIP sont vendues à part, à 110 € (honneur) et 190 € (prestige) l'unité [3].

Le club reçoit 150 demandes d'accréditation de journalistes alors que la tribune de presse du stade Michel-d'Ornano ne peut en satisfaire qu'une cinquantaine [4].

Le quotidien Ouest-France publie le 2 mars un supplément de huit pages au format tabloïd entièrement consacré à la présentation du match.

La radio France Bleu Cotentin édite à l'occasion de ce match un autocollant promotionnel.

Une quinzaine de bus emmènent les supporteurs granvillais jusqu'au stade d'Ornano [5].

À l'initiative de la municipalité, une retransmission télévisée du match sur écran géant a lieu dans la salle de Hérel, ainsi que dans plusieurs bars de la ville [5].

Sa participation aux quarts de finale offre à Granville 280 000 €, une somme conséquente dans un budget fixé à 700 000 € [6].

Feuille de match

Jeudi 3 mars 2016, 21 h.
Caen (Calvados) - Stade Michel-d'Ornano. Granville-Marseille 0-1 (0-0). 21 215 spectateurs.
Arbitre : Frank Schneider.
But : Batshuayi (50e) pour Marseille.
Avertissements : Péron (90e) et Vauvy (90e) pour Granville. Barrada (83e) pour Marseille.

Les équipes

Granville (4-1-4-1) : Aymes - Behma, Lemonnier, Musina (Cols, 87e), Mghinia - Jouan (cap.) - Théault (Lambard, 50e), Péron, Untereiner (Coutant, 50e), Jégu - Vauvy. Entraîneur : Johan Gallon.
Non utilisés : Benyahya, Barbier, Fournier.

Marseille (4-2-3-1) : Mandanda (cap.) - Manquillo, Rolando, Rekik, Mendy (De Ceglie, 84e) - Barrada, Isla - Alessandrini, Thauvin (Fletcher, 75e), Nkoudou (Cabella, 70e) - Batshuayi. Entraîneur : Michel.
Non utilisés : Pelé, Sarr, Romao, L. Silva.

Compte-rendu du match

Dans la presse

  • L'Équipe : « Face à des Granvillais généreux, bien en place et qui ont pleinement justifié leur présence dans les huit dernières formations qualifiées, le Marseille de Michel n'a pas été catastrophique hier. Il n'a ainsi jamais donné l'impression de prendre ces Manchots de haut. Mais au final, face à une équipe de 5e division, dans une ambiance bouillante par séquences, Marseille, s'il a évité le pire, ne se sera jamais vraiment mis à l'abri. La faute à un gardien normand, Jérémy Aymes, en état de grâce, qui a repoussé tout ou presque. Mais aussi à une animation offensive qui manque toujours d'efficacité. (...) Comme souvent en pareil cas, il aura fallu attendre que le pressing haut et intense du petit poucet mis en place par son entraîneur Johan Gallon baisse un peu pour que l'OM trouve l'ouverture. « Jamais les vagues normandes de fin de match n'ont semblé en mesure de prendre le dessus sur un bloc marseillais cohérent à défaut d'être efficace. » (Hugo Delom).
  • Ouest-France : « L'USG ne sera pas le premier club bas-normand ou la première équipe de CFA2 à atteindre les demi-finales de la Coupe de France. Mais quel parcours ! Comme d'Ornano le criait hier soir : “Merci Granville”. Granville malmené, Granville éliminé, mais Granville comblé de fierté. » (Christophe Penoignon) [6].
  • Ouest-France : « Les Granvillais sortent par la grande porte. Tête haute, un grand honneur rendu au football amateur. Les hommes de Johan Gallon ont livré un grand match hier au stade d'Ornano plein comme un œuf pour contenir les joueurs de l'OM. » [7].

Notes et références

  1. Clément Hébert, « Granville, c'est fou, complètement fou », Ouest-France, 11 février 2016.
  2. « Ruée sur les billets pour le match Granville-Marseille », Ouest-France, 24 février 2016.
  3. Raphaël Fresnais, « Granville-OM : la pression monte à la Cité corsaire », Ouest-France, 29 février 2016.
  4. « Coupe de France : 150 demandes d'accréditation pour Granville-OM », lequipe.fr, 1er mars 2016 (lire en ligne).
  5. 5,0 et 5,1 « Les supporters granvillais sont prêts pour le choc », Ouest-France, 3 mars 2016.
  6. 6,0 et 6,1 Christophe Penoignon, « Pour Granville, l'Olympe était trop haut perché », Ouest-France, 4 mars 2016.
  7. « Granville a tenu, et plié », Ouest-France, 4 mars 2016.

Articles connexes

Liens externes