Match de football US Avranches-FC Sochaux (1991)

De Wikimanche

Le match de football US Avranches-FC Sochaux a lieu le 9 mars 1991 à Avranches pour le compte des 32e de finale de la Coupe de France.

Au moment du match, l'US Avranches est en Division 3 et le FC Sochaux est 16e de Division 1.

Il voit la victoire du FC Sochaux sur le score de 2-1.

C'est la première fois que l'US Avranches atteint ce stade de la compétition.

Avant-match

Le stade René-Fenouillère est transformé à cette occasion. Des tribunes sont montées en quelques jours pour augmenter la capacité du stade. « Même vide, le stade était impressionnant » se souvient Christophe Duboscq en 2015 dans Ouest-France[1].

Le prix du billet est de 10 francs[2].

Quand l'équipe arrive au stade une heure et demie avant la rencontre, il est déjà plein[1]. Le record d'affluence est battu[2].

Le match

Duboscq, qui joue milieu droit, frappe sur le poteau. C'est aussi lui qui déborde et centre pour Patrice Lelercq qui ouvre le score pour les Avranchinais[1].

Il s'agit « du plus beau souvenir de [la] carrière » d'Olivier Joba, le capitaine de l'équipe. Christophe Duboscq parle lui « d'un moment magique »[1].

Feuille de match

Avranches, stade René-Fenouillère - US Avranches Mont-Saint-Michel-FC Sochaux-Montbéliard 1-2 (1-0). 7 823 spectateurs.
Arbitre : D. Pauchard.
Buts : Leclercq (28e) pour Avranches. Oudjani (59e), Priou (79e) pour Sochaux.

Les équipes

  • Avranches : Rault - Bolton, Royer, Hébert, Philip, Ménard, Pennec, Landré, Duboscq, Joba [cap.] (Savaroc), Leclercq.

Entraîneur : Bernard Maccio. Non utilisé : Louvel.

  • Sochaux : Gardié - Dufournet, Hadzibegic [cap.], Silvestre, Tihy - Henry, Bricon (Oudjani, 46e), Bazdarevic, Caveglia (Dewilder, 55e) - Prat, Priou.

Entraîneur : Sylvester Takac.

Réactions

  • Sylvester Takac : « Ils sont bons ces joueurs normands. Mais il faut dire qu'en première mi-temps, nous dormions véritablement[2]. »
  • Faruk Hadzibegic : « Le plus important, c'est de gagner. Mais il est sûr que notre adversaire a fort bien joué le coup[2]. »
  • Bernard Maccio : « Je suis déçu car mon équipe a joué le match comme il fallait. On pouvait réussir à faire la différence au cours de la première mi-temps[2]. »

Article connexe

Notes et références

  1. 1,0 1,1 1,2 et 1,3 Ouest-France, site Internet, 2 janvier 2014 (lire en ligne).
  2. 2,0 2,1 2,2 2,3 et 2,4 usamsm.org, consulté le 17 juillet 2015 (lire en ligne).

Lien externe