Louise Flattet

De Wikimanche

Louise Flattet, pour l'état civil Blanche Louise Philippe, née à Montmartin-en-Graignes le 11 mars 1881 [1] et morte à Courseulles-sur-Mer (Calvados) en 1965, est un écrivain de la Manche,

Viscéralement attachée aux pays des Tancrède

Blanche Philippe fait toute sa carrière dans l’enseignement et, chose assez extraordinaire, depuis 1910 dans le même poste d’institutrice à Hauteville-la-Guichard, commune où elle a toujours eu l’estime de ses concitoyens, le respect et l’affection de ses élèves et anciennes élèves [2].

Blanche Philippe se marie à Hauteville-la-Guichard le 16 juillet 1925 avec Auguste Flattet.

Elle refusa obstinément en effet de quitter cette résidence, où elle participe activement aux efforts faits par le Souvenir normand et Soudan Pierrefitte, dans le but d’y magnifier les conquérants normands de la Sicile par un monument digne d’eux [2]. Cette idée, que la pose d’une plaque dans le chœur de l’église le 25 mai 1923 n’a pas fait abandonner mais qui n’a, hélas, jamais abouti, est sans doute le germe de la remarquable monographie de Hauteville, intitulée Le Pays des Tancrède imprimée chez M. Lemasson, à Saint-Lô, en 1938 et que Mme Flattet entreprend seulement de rédiger un an avant de partir en retraite [2].

La Société d’archéologie de la Manche lui doit une profonde reconnaissance d’avoir fait partie de l’équipe qui, sous l’impulsion du président André Descoqs, relève la compagnie de la ruine où l’a jetée le cataclysme de 1944, destructeur de ses archives, de sa bibliothèque, de ses collections de mémoires et du musée [2].

Elle publie également en 1954, un excellent Hébécrevon dans l’histoire et dans la guerre avec Alfred Wild et de très nombreux articles dans des revues régionales [2]. La réédition de son ouvrage ajoutée d'une nouvelle partie de 1934 à nos jours est disponible.

Sa disparition est un peu passée inaperçue sauf à… Hauteville-la-Guichard, où elle est devenue l’enfant du pays au même titre que les Tancrède.

Hommage

Officier d’académie en 1934, si cette distinction méritée récompense les nombreuses années passées à l’enseignement de la jeunesse, c’est sans doute l’inlassable érudite que vient honorer en 1951 sa promotion au grade d’officier de l’Instruction publique [2].

Ouvrages

  • Le Pays des Tancrède - Hautteville-la-Guichard, éd. A. Lemasson, 1938
  • Hauteville-la-Guichard, le pays des Tancrède, éd. Eurocibles, 2012

Archive

Notes et références

  1. - Acte de naissance n° 12.
  2. 2,0 2,1 2,2 2,3 2,4 et 2,5 Dictionnaire des personnages remarquables de la Manche, tome 4, sous la direction de René Gautier, ISBN 2914541562.