Louis Rachinel

De Wikimanche

Louis Rachinel.

Louis Rachinel, né à Saint-Lô le 16 août 1912 et mort à Villeneuve-lès-Maguelone (Hérault) le 31 mai 1944, est une personnalité politique de la Manche.

Biographie

Il est l'un des cinq enfants de Léon Rachinel, de Cambernon, palefrenier, et de Pauline Piédagnel, de Saint-Jean-de-Daye [1].

Il passe son enfance en famille à Saint-Lô [1]. Le mort de son père en 1917 - il a 5 ans - en fait un pupille de la Nation en 1922 [1]. En 1928, à 16 ans, il travaille dans un garage de Saint-Lô, puis il gagne Paris deux ans plus tard [1].

En 1931, il s'engage dans la Marine nationale à Cherbourg [1]. Il revient à la vie civile en avril 1934 et s'établît de nouveau à Saint-Lô avant de regagner la région parisienne, d'abord à Choisy-le-Roi (aujourd'hui Val-de-Marne), puis à Paris [1]. Il exerce différents emplois avant d'être embauché à la Société des transports en commun de la région parisienne (STCRP) en 1937, où il devient machiniste [1].

En 1938, il adhère au Parti communiste [1].

La Seconde Guerre mondiale le mobilise. Il fait prisonnier à Saint-Lô mais réussit à s'évader et part à Avignon où il a des attaches depuis un bref séjour en 1939 et intègre les Forces françaises de l'intérieur (FFI), où il se montre très actif [1]. Arrêté, il est jugé par un tribunal militaire allemand, qui le condamne pour trois sabotages ferroviaires, dont un sur la ligne Paris-Granville, et sa participation à l'assassinat du commissaire Martineau [1]. Libéré, il reprend ses activités de résistant avant d'être de nouveau arrêté et condamné à mort par un tribunal militaire siégeant à Montpellier.

Il est fusillé le 31 mai 1944. Il est enterré à Montpellier puis inhumé à Saint-Lô après la guerre [1]. La mention « Mort pour la France » lui est attribuée le 15 juin 1945 [1]. Son nom figure sur les monuments aux morts de Saint-Lô et de Montpellier [1].

Notes et références

  1. 1,00 1,01 1,02 1,03 1,04 1,05 1,06 1,07 1,08 1,09 1,10 1,11 et 1,12 André Balent, Delphine Leneveu et Claude Pennetier, « Rachinel, Louis, Léon, Gilbert », Le Maitron, 9 juin 2014 site internet (lire en ligne).

Articles connexes