Louis Huet

De Wikimanche

Louis Huet, né à Valognes vers 1924, mort le 23 avril 2015, est un résistant de la Manche.

Dès juin 1940, alors âgé de 16 ans, Louis Huet s'engage dans le réseau de résistance Organisation civile et militaire (OCM) autour de Valognes, avec son frère cadet Jean-Bernard [1].

En décembre suivant, il est arrêté par les Allemands pour un vol d'armes et de munitions, puis libéré en janvier 1941 [1]. Repris en mars, il est jugé comme chef de groupe par le tribunal de guerre de Saint-Lô, qui le condamne à vingt-sept mois de prison, n'ayant révélé aucun nom, aucune information [1].

Il est ensuite déporté au fort d'internement de Hautteville (Côte-d'Or) [1].

Libéré en janvier 1944, Louis Huet reprend ses actions de renseignement et de sabotage dans le Cotentin en se servant de son travail de facteur [1]. Après le débarquement, et un court stage de formation, il est engagé par l'armée américaine comme agent de renseignement, avec le grade de sous-lieutenant [2]. « Je devais me déplacer dans les zones de combat, comme un paysan chassé de sa ferme par les affrontements et cherchant refuge dans un endroit un peu plus calme, raconte Louis Huet. Ma connaissance des lieux, des gens et du patois local devaient me permettre de franchir les lignes encore très mouvantes pour ramener des informations sur l’ennemi (position, armement, état d’esprit et valeur des troupes, types d’unités, mouvements, etc.). » [2]. Il suit les Américains jusqu'à Baden Baden (Allemagne) en 1945 [1].

Louis Huet meurt à 91 ans. Son inhumation a lieu à Quettehou [1].

Notes et références

  1. 1,0 1,1 1,2 1,3 1,4 1,5 et 1,6 « Louis Huet, résistant de la guerre 39-45, a disparu », Ouest-France, 28 avril 2015.
  2. 2,0 et 2,1 Francis Gillot, « Je devais me fondre dans les lignes ennemies », lamanchelibre.fr, 2014 (lire en ligne).