Ligne ferroviaire Fougères-Vire

De Wikimanche

Affiche pour les Chemins de fer de l’État « Excursions en Normandie », vers 1910

La ligne Fougères-Vire est une ancienne ligne de chemin de fer secondaire de la Manche, reliant Fougères (Ille-et-Vilaine) et Vire(Calvados). Elle est en service de 1883 à 1988.

Histoire

Le train près du Rocher brûlé à Mortain

« Le chemin de fer, c’est la condition du progrès, le grand levier de la richesse publique », déclare en 1863 le futur maire de Mortain, Henri Moulin.[1].

Le 6 août 1881, la ligne Vire-Fougères est déclarée d’utilité publique[2]. Sa construction est financée par l’État et le département, son exploitation est concédée à la Compagnie des chemins de fer de l’ouest en 1883[1].

Le tracé de la ligne Vire-Fougères est confié à Fulgence Bienvenüe, jeune ingénieur polytechnicien. Compte tenu des reliefs particulièrement escarpés de la région, il doit utiliser de récentes inventions tels que le détonateur 1883 et la dynamite 1867, réalisant une succession de tranchées et de remblais, il parvient à dessiner «un tracé plein d’élégance».[1]

La ligne s’ouvre de Vire à Mortain en 1887, puis jusqu’à Saint-Hilaire-du-Harcouët en 1889 et Fougères en 1894. Dans le même temps, se construit la ligne Domfront-Pontaubault. Voyageurs et marchandises circulent alors sur ces voies[1].

Mais petit à petit, la route prend le pas sur le chemin de fer. En supprimant les services les plus déficitaires, les trains de voyageurs sont abandonnés dès 1939. Le trafic de marchandises perdure jusqu’en 1988, date à laquelle la voie est définitivement neutralisée[1].

Stations

Dans la Manche, la ligne Vire-Fougères dessert, du nord au sud:

Gare de Sourdeval
Chargement de la carte...

Aujourd'hui

Dès 1991, les départements de la Manche et du Calvados s’engagent dans la sauvegarde de cette ancienne voie pour l'ouvrir aux pratiques de promenade et de randonnée. C'est une voie verte.

Notes et références

  1. 1,0 1,1 1,2 1,3 et 1,4 Dépliant « Voies vertes de la baie du Mont-Saint-Michel »(lire en ligne)
  2. Bulletin des lois de la République française, juillet 1881(lire en ligne)

Article connexe