Juste Lebreton

De Wikimanche

Michel Juste Le Breton, né à Saint-Sauveur-le-Vicomte le 5 novembre 1778 [1] et mort à Valognes le 13 mai 1802 (23 floréal an X) [2], est une personnalité de la Manche.

Dans la légende de Barbey d’Aurevilly

Fils de maître Charles Le Breton, procureur au bailliage de Saint-Sauveur-le-Vicomte, Juste Lebreton est entré dans la légende grâce à l’écrivain Jules Barbey d’Aurevilly qui en fait un des personnages du Chevalier des Touches.

Juste Lebreton est un des plus jeunes agitateurs de la chouannerie normande de la région de Valognes. Il a à peine seize ans quand il manifeste pour la première fois ses sentiments royalistes en allant jeter des pierres contre la maison du représentant Jean-Baptiste Lecarpentier.

Il devient bientôt la hantise des républicains de la région qui redoutent les coups de main de sa petite bande. En août 1799, il est ordonné d’arrestation, mais il ne fait qu’un bref séjour en prison. Juste Lebreton, si l’on en croit Maurice Lecœur (La Diligence de Valognes), fait probablement partie de la troupe de chouans qui procèdent à l’enlèvement du chevalier Jacques Destouches.

Ce personnage turbulent, taillé en hercule, meurt à Valognes des suites d’un duel. Il n’avait que vingt-trois ans.

Notes et références

Article connexe

Source

Dictionnaire des personnages remarquables de la Manche, tome 3, Jean-François Hamel, sous la direction de René Gautier, ISBN 2914541171