Julien Marie-Sainte

De Wikimanche

Julien Marie-Sainte, né à Cherbourg le 6 octobre 1983, est une personnalité sportive de la Manche, boxeur professionnel de son état.

Il boxe en catégorie « poids moyens ». Il mesure 1,82 m pour 74 kg.

Carrière

Julien Sainte-Marie commence par pratiquer le football. En avril 2000, il découvre la boxe grâce à Pedro Dos Prazeres, entraîneur de l'AS Cherbourg et ami de sa famille [1]. En février 2001, il dispute son premier combat. Après trois saisons passées à l'AS Cherbourg, il rejoint Rouen (Seine-Maritime).

Sa carrière amateur totalise 41 combats pour 39 victoires et deux défaites.

Julien Marie-Sainte, surnommé « Brigadier » par son grand-père, commence sa carrière professionnelle en 2006. Il dispute son premier combat le 18 février 2006 à Bayeux (Calvados) contre Alexis Culit, qu'il bat par KO.

En 2009, il rejoint l'équipe patronnée par la société R2 Image & Events, du promoteur suisse Sergio Rivas.

Le 12 décembre 2009, il combat devant les siens à Cherbourg, où il contraint à l'abandon le Letton Ruslan Pojonisevs, dès la deuxième reprise.

En janvier 2010, il est désigné comme le challenger officiel du champion de France Affif Belghecham. Le 28 mai, à Levallois-Perret (Hauts-de-Seine), Julien Marie-Sainte conquiert le titre national des poids moyens en battant aux points François Bastient, après que ce dernier soit allé au tapis dans le neuvième round[2].

Le 20 novembre 2010, toujours à Levallois-Perret, il étrenne victorieusement son titre en disposant de Christophe Karagoz par arrêt de l'arbitre à la troisième reprise [3].

Le 11 décembre 2010, à Perpignan (Pyrénées-Orientales), il conserve de nouveau son titre en battant le Marseillais Ansoula Charden par jet de l'éponge au deuxième round [4].

Le 29 janvier 2011 à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), il conserve de nouveau son titre en battant Affif Belghecham aux points.

Le 16 avril 2011 à Fort-de-France (Martinique), il conserve pour la quatrième fois son titre en battant Michel Mothmora par KO à la troisième reprise. Il est à l'heure actuelle cinq fois champion de France.

Le 2 février 2013, à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), il échoue pour le titre de champion d'Europe des moyens EBU devant l'Ukrainien Max Bursak par arrêt de l'arbitre dans la troisième reprise [5].

Le 2 novembre 2013, à Cherbourg-Octeville, il ne parvient pas à reconquérir son titre de champion de France des poids moyens laissé à Karim Achour il y a deux ans [6]. Il s'incline aux points malgré le soutien du public du complexe sportif de Chantereyne acquis d'emblée à sa cause [6].

Il a disputé 34 combats pour 30 victoires, dont 22 avant la limite.

Il est licencié à Mantes-la-Ville (Yvelines) et s'entraîne depuis janvier 2009 à Aulnay-sous-Bois sous l'autorité de Nasser Lalaoui [7].

Il vit aujourd'hui à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis).

Palmarès

  • Champion de France professionnel des poids moyens 2010-2011
  • Coupe de la Ligue professionnel 2007
  • Critérium national professionnel 2006
  • Demi-finaliste du championnat de France amateur 2004-05 (poids moyens)
  • Champion de Normandie amateur (4 fois)

Notes et références

  1. La Presse de la Manche, 13 décembre 2006.
  2. Franck Silber, « Julien Marie-Sainte avec la manière », Dimanche Ouest-France, 30 mai 2010.
  3. « Marie-Sainte trône de plus belle », site de la Fédération française de boxe, novembre 2010.
  4. « Julien Marie-Sainte conserve sa ceinture », Dimanche Ouest-France, 12 décembre 2010.
  5. Julien Marie-Sainte a loupé la marche », Dimanche Ouest-France, 4 février 2013.
  6. 6,0 et 6,1 Sébastien Bussière, « Julien Marie-Sainte est passé à côté de son rêve », Ouest-France, 4 novembre 2013.
  7. « Marie-Sainte s'est posé », Le Parisien, 20 novembre 2010.

Liens externes