Joseph Ryst

De Wikimanche

Joseph Henri Alphonse Ryst, né à Cherbourg le 1er juin 1910 et mort dans la même commune le 3 août 1976 [1], est une personnalité politique de la Manche.

Biographie

Il est le fils d'Henri Ryst (1874-1966) et de Marie Lefiatre (-1916).

Histoire de l'aguerrir à sa future vie d'homme, son père l'engage comme mousse sur le paquebot Berengaria, en partance pour New York [2]. À son retour, il est élève à l'Institut Saint-Paul, puis au lycée Victor-Grignard [2]. Il va ensuite travailler en Angleterre, puis en Allemagne. Plus tard, il reprend l'affaire de son père, approvisionneur de navires à Cherbourg.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, il est mobilisé en août 1939 au 208e Régiment d'infanterie [2]. Il est fait prisonnier par les Allemands le 18 juin 1940 à Carentan et emmené à Saint-Lô, à la caserne Bellevue [3]. Il est emprisonné trente mois dans un stalag près de Nuremberg (Allemagne). Renvoyé en mauvais état physique, il se réfugie chez son frère, prêtre à Besneville. C'est là qu'il entre dans la Résistance à l'Organisation civile et militaire (OCM) et au réseau F2 avec son épouse, Paule [2]. À la fin de la guerre, il est choisi pour présider le Comité de libération de Cherbourg.

En 1945, il est élu conseiller municipal de Cherbourg sur la liste de René Schmitt [2]. En 1947, il est de nouveau candidat, mais cette fois comme tête de la liste MPR, parti auquel il a adhéré l'année précédente [2]. Il siège dans la municipalité dirigée par Edmond Soufflet. En 1953, il est deuxième adjoint dans la municipalité de René Rosette.

Il est premier adjoint au maire dans la municipalité de Jacques Hébert à Cherbourg après les élections de 1958 [4]. Il est chargé des finances et du personnel. Il abandonne son mandat municipal en 1971, après vingt-huit années « sans avoir jamais manqué une seule séance » [2].

Il est candidat MRP aux élections législatives à Cherbourg pendant la IVe République, notamment en 1958.

Il adhère au Centre démocrate, puis aux Réformateurs. Il est, sous cette étiquette, candidat aux élections législatives à Cherbourg en mars 1973. Il obtient 14,7 % des voix au premier tour, loin derrière Charles Dumoncel (CDP) et Louis Darinot (PS).

Il est président de l'Association de défense des intérêts du port de Cherbourg.

Il préside l'AS Cherbourg.

Il est le père du Dr Jean-Paul Ryst, candidat centriste à plusieurs reprises à Cherbourg, et d'Henri Ryst, candidat PS à l'élection municipale partielle du 7 septembre 1980 à Cherbourg.

Distinctions

  • Médaille de la France libérée
  • Médaille du mérite commercial

Notes et références

  1. «  Acte de décès n° 304 - État-civil de Cherbourg - Fichier des personnes décédées », data.gouv.fr, Insee, année 1976.
  2. 2,0 2,1 2,2 2,3 2,4 2,5 et 2,6 « Qui êtes-vous M. Joseph Ryst ? », La Presse de la Manche, 12 février 1973.
  3. Témoignage de Joseph Ryst recueilli par M. Lefèvre le 17 juillet 1948, Comité d'histoire de la Deuxième Guerre mondiale (lire en ligne).
  4. Le Monde, 9 septembre 1980.