Jean Lemière

De Wikimanche

Jean Lemière, né à Cherbourg le 9 octobre 1946, est un homme politique de la Manche.

Biographie

Diplômé de Lettres Modernes, il devient professeur à Honfleur puis à Cherbourg, tout en militant à la SGEN-CFDT. Il obtient son agrégation en 1990 et intègre l'équipe de l'IUT Cherbourg-Manche à sa création, comme professeur puis directeur en 1992.

Sous sa direction, en janvier 1999, l'ampithéâtre de l'IUT prend le nom de Félix Amiot, industriel cherbourgeois controversé en raison de ses positions lors de la Seconde Guerre mondiale.

En 2001, il est investi par l'UMP pour être candidat à la mairie de Cherbourg-Octeville mais est battu par Bernard Cazeneuve, maire sortant, tout en entrant au conseil général de la Manche (canton de Cherbourg-Octeville-Nord-Ouest), duquel il est vice-président à partir de 2004, chargé de la dynamisation du bassin d'emploi du Cotentin. En 2002, il retrouve le même adversaire aux législatives. Cette fois, il en sort vainqueur le 16 juin 2002, quittant alors son siège de chef de l'opposition municipale. Au Palais Bourbon, il siège à la Commission de la Défense nationale et des forces armées et réalise un rapport avec Jean Le Garrec sur les risques et conséquences de l'exposition à l'amiante.

Très impliqué par l'implantation d'une école de cinéma au sein de l'ancien hôpital maritime de Cherbourg, il met en place un comité de parrainage pour donner des conseils de développement à l'EICAR. Quand cette école dépose son bilan quelques années après, il facilite l'obtention d'un prêt sans intérêt de 200 000 euros sur ressources publiques à l'IMC, la société coopérative fondée par les anciens enseignants de l'EICAR.

Candidat à sa réélection aux élections législatives en juin 2007, il retrouve face à lui Bernard Cazeneuve à l'avantage duquel il perd son siège le 17 juin 2007. Il décide alors de ne pas se lancer à la conquête de la mairie de Cherbourg-Octeville en 2008, au profit du renouvellement de son mandat de conseiller général aux cantonales de 2008. Mais il se rétracte suite à un différend avec Hervé Corbin, son successeur UMP à la tête de l'opposition municipale entre 2002 et 2008. Il obtient la désignation officielle de son parti pour les deux élections [1], tandis que les élus de la droite cherbourgeoise soutiennent celle d'Hervé Corbin, suspendu de ce fait [2]. Il perd au premier tour des municipales contre Bernard Cazeneuve, et au second des cantonales contre Jean-Michel Houllegatte.

Il démissionne rapidement du conseil municipal. Il est actuellement chargé de mission auprès de la Délégation générale pour l'Armement.

Mandats

  • 19 mars 2001 - 10 juillet 2002 : conseiller municipal de Cherbourg-Octeville
  • 18 mars 2001 - mars 2008 : conseiller général de la Manche - Vice Président, en charge de la dynamisation du bassin d'emploi du Cotentin de 2004 à 2008
  • 19 juin 2002 - 19 juin 2007 : député - Membre de la commission de la défense, vice président du groupe d'amitié entre la France et le Portugal, et membre des groupes d'amitié entre la France, l'Argentine, l'Irlande et le Sénégal.
  • Président de la commission spéciale et permanente d'information (CSPI) près de l'établissement Areva-la Hague
  • Mars-juillet 2008 : conseiller municipal de Cherbourg-Octeville (opposition)

Notes et références

  1. Jean-Pierre Buisson, Duel à droite : Lemière candidat à la mairie, Ouest-France, 12 novembre 2007.
  2. Thierry Dubillot, « Municipales : du rififi dans l'opposition », Ouest-France, 4 janvier 2008.

Article connexe