Jean Laurent Simon

De Wikimanche

Jean Laurent Simon, né à Octeville le 20 avril 1832 et mort à Cherbourg le 21 août 1899, est une personnalité économique de la Manche.

Il est le fils de Jean François Simon (1785-1852), journalier, et d'Agathe Blaizot (1787-1875).

En 1856, il quitte l'arsenal pour ouvrir à Cherbourg un petit atelier spécialisé dans la réparation de bateaux et de moulins hydrauliques, qui prend pour dénomination Simon Jeune [1].

Il se spécialise ensuite dans la fabrication de machines agricoles, dans laquelle il obtient une belle renommée. Pendant la guerre de 1870, il fabrique des canons de 80 mm. La paix revenue, il conçoit et fabrique des machines à vapeur, à destination de l'agriculture, des scieries et des minoteries, et complète son atelier de fonderie.

En 1890, l'entreprise est reprise par ses deux fils, Albert et Auguste, qui abandonnent peu à peu les machines agricoles à vapeur. Dans une période où la production de lait s'industrialise, il se consacre à la fabrication de machines permettant la fabrication industrielle du beurre : barattes, malaxeurs, écrémeuses, moules continus... En 1896, l'entreprise prend la dénomination de Simon Frères et s'installe en 1904 dans le quartier du Maupas [1].

Jean Simon meurt le 21 août 1899, âgé de 67 ans.

Notes et références

  1. 1,0 et 1,1 « Retour aux sources pour Simon SAS », Cherbourg-Octeville Magazine, n° 149, juin 2013.

Article connexe