Jean Juhel

De Wikimanche

Jean Alfred Juhel, né au Havre le 4 juin 1863[1], est une personnalité politique de la Manche, propriétaire éleveur.

Biographie

Il est courtier assermenté près de la bourse du Havre et négocie des cafés importés d'Amérique[2].

Il possède un château à Boutteville où il mène grand train en été, passe l'hiver à Paris et se rend au Havre trois fois par semaine pour instructions et signatures[2].

Il est maire de Boutteville de 1898 à 1910, conseiller de l'arrondissement de Valognes, président de la société des courses de Carentan et d'autres sociétés[2] et nommé chevalier de la Légion d'honneur en 1906 [1].

Un employé de la Caisse de liquidation du Havre découvre en février 1910 que Jean Juhel falsifie ses comptes depuis huit ans[2]. Les détournements s'élèvent à 10 millions de francs environ[3].

Jean Juhel est condamné le 9 mai 1911 par la cour d'assises de Rouen à cinq ans de prison[3] et cent francs d'amende pour faux en écriture et usage des dits faux[1].

Il est déchu de ses mandats et droits à compter du 23 février 1910, date du jugement qui l'a déclaré en faillite de tous les droits et prérogatives attachés à la qualité de chevalier de la Légion d'honneur[1].

Notes et références

  1. 1,0 1,1 1,2 et 1,3 Base Leonore (lire en ligne)
  2. 2,0 2,1 2,2 et 2,3 « Les détournements du Havre. Pourquoi M. Juhel, conseiller général de la Manche, est aujourd'hui sous les verrous », L'Ouest-Éclair, 17 février 1910 (lire en ligne)
  3. 3,0 et 3,1 « Dix millions de détournements. Cinq ans de prison », L'Ouest-Éclair, 10 mai 1911.

Article connexe