Jean-Pierre Bachasson de Montalivet

De Wikimanche

Jean-Pierre Bachasson, comte de Montalivet par Jean-Baptiste Regnault

Jean-Pierre Bachasson, comte de Montalivet, né à Sarreguemines (Moselle) le 15 juillet 1766 et mort à Saint-Biouze (Cher) le 22 janvier 1823 [1], est un homme politique de la Manche.

Biographie

S'engageant dans la magistrature, il est nommé conseiller au Parlement de Grenoble à 19 ans.

Nommé maire de Valence et conseiller général de la Drôme après le 18 brumaire, il est nommé préfet de la Manche le 19 avril 1801 et s'installe le 9 août suivant.

Gabriel Houël ne tarit pas d'éloges sur lui : « Il réglait le département comme sa propre maison ; personne ne portait à un si haut degré le grand art de multiplier ses instans. Prodigue de l'or, il était fort avare du temps ; les circonstances difficiles ne pouvaient émouvoir son âme. » [2].

En 1804, il quitte la Manche pour la préfecture de Seine-et-Oise.

Il est fait ensuite conseiller d'État, commandant de la Légion d'honneur, directeur des ponts et chaussées (1805), et ministre de l'Intérieur en 1809.

Il accompagne Marie-Louise à Blois en 1814 puis quitte la vie publique, jusqu'à être rappelé durant les Cent-jours, comme intendant général de la couronne et Pair de France.

Exclu de la chambre des Pairs au retour des Bourbons, il y siège à nouveau à partir de 1819, sans s'y distinguer lors des débats, suivant les votes du parti constitutionnel.

Il se retire dans son château de Lagrange dans le Cher, où il meurt. Napoléon Daru prononce son éloge funèbre à la Chambre le 20 mars 1823.

Notes et références

  1. AD18, NMD Saint-Biouze, 1802-1842 (3E 2369), - Acte de décès n° 03 - Page 133/258,
  2. Gabriel Houël, Histoire de Saint-Lô.

[[Catégorie:Décès à 56 ans ]]