Jean-Louis Burnouf

De Wikimanche

Jean-Louis Burnouf, né à Urville le 14 septembre 1775, mort à Paris le 8 mai 1844, est un philologue et traducteur de la Manche.

Biographie

Son père, qui était tisserand, le laisse orphelin de bonne heure. Le jeune Jean-Louis est recueilli par un oncle qui le fait instruire par un curé de village.

Il entre comme boursier au collège d'Harcourt à Paris qui est maintenant le lycée Saint-Louis, situé sur le boulevard Saint-Michel. Il y obtient le prix d'honneur au concours général de 1792, sous la direction de M. Guéroult. Pendant la Révolution française de 1789, il est quelque temps commis chez un négociant. En 1808, M. Guéroult le fait entrer à l'Université. Suppléant au lycée Charlemagne, professeur de rhétorique au lycée Impérial, aujourd'hui Louis-le-Grand, maître de conférences à l'École normale, il devient, en 1817, professeur d'éloquence latine au Collège de France. En 1836, il est élu membre de l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres. En 1840 il est bibliothécaire de l'Université et fait officier de la Légion d'honneur.

Œuvres

Jean-Louis Burnouf laisse, en 1814, une Méthode pour étudier la langue grecque, qui a régné longtemps presque seule dans l'université et dans beaucoup de collèges privés. En 1840, il produit une Méthode pour étudier la langue latine.

Ces deux méthodes sont conçues dans un esprit philosophique mais sans jamais cesser d'être pratiques. Jean-Louis Burnouf a publié également de savants commentaires sur le poète latin Salluste, ainsi que des traductions.

Traductions

  • Annales, de Tacite
  • Dialogue des Orateurs, de Tacite
  • Mœurs des Germains, de Tacite

Source

Ch.Dezobry et Th. Bachelet, Dictionnaire général de biographie et d'histoire, Delagrave, éditeur.