Jean-Jacques Poupard

De Wikimanche

Jean-Jacques Claude Marcel Poupard, né à Saint-Lô le 18 juin 1951 [1] et mort à Bayeux (Calvados) le 21 septembre 2012 [2], est un architecte et homme politique de la Manche.

Biographie

Fils de l'architecte Jean Poupard, il installe sa propre agence d'architecte rue du Neufbourg à Saint-Lô. Il travaille à l'extension des Archives départementales en 1997 avec Bernard Feypell, réalise la résidence Fontaine-Venise, les 49 logements du boulevard de la Dollée, six maisons passives (pour Manche Habitat en 2011) rue du Soleil-Levant[3], l'atelier-relais de l'écosite du Fleurion, de nombreux bâtiments industriels, le centre d'imagerie médicale, la médecine du travail et le laboratoire de biologie du Bois-Jugan, ainsi que le réaménagement du Centre Nelson-Mandela dans l'ancienne école René-Gendrin[4].

Comme son père, il s'investit dans la vie politique locale, en étant adjoint chargé de l'urbanisme, lors du premier mandat de François Digard, entre 1995 et 2001, puis conseiller municipal et délégué communautaire de 2001 à 2008 [5].

Ses archives ont été déposées aux Archives départementales sous la cote 384 J 1-391.

Notes et références

  1. « Fichier des personnes décédées », data.gouv.fr, Insee, année 2012.
  2. « Acte de décès n° 323 - État-civil de Bayeux - Fichier des personnes décédées », data.gouv.fr, Insee, année 2012.
  3. PSS-Archi-Eu, site internet, consulté le 23 novembre 2019.
  4. « L'architecte saint-lois Jean-Jacques Poupard n'est plus », Ouest-France, 22 septembre 2012.
  5. « Des larmes et des rires au conseil municipal », La Presse de la Manche, 26 septembre 2012.