Jacques Mouchel-Blaisot

De Wikimanche

Jacques Mouchel-Blaisot.

Jacques Mouchel-Blaisot, né à Cherbourg le 22 juin 1920 et mort à Paris le 14 juillet 1990, est une personnalité militaire de la Manche.

Dès l'arrivé des Allemands dans Paris, il prend sa bicyclette et part vers le sud [1]. Trois jours plus tard, il rencontre à Nantes (Loire-Atlantique) son oncle, le député Camille Blaisot [1].

Avec son ami Michel Carage, il poursuit sa route jusqu'en Gironde, où il réussit à embarquer vers l'Angleterre : il y débarque le 23 juin 1940 à Falmouth [1].

Engagé dans les Forces françaises libres (FFL) le 1er juillet suivant, il est rapidement affecté au 1er bataillon de la 13e demi-brigade de la Légion 'étrangère avec laquelle il combat en Syrie [1]. Il prend pour pseudonyme Jacques Baudienville [1].

En avril 1942, il rejoint l'Égypte, puis la Lybie : il participe à la retraite sur El Alamein [1]. Blessé, il est soigné à Alexandrie, puis à Beyrouth (Liban), avant de revenir combattre [1].

Il est de nouveau blessé en en mai 1943 en Tunisie, puis en mai 1944 en Italie [1]. En août 1944, il prend part au débarquement de Provence et combat sur divers champs de bataille français, où il fait encore la preuve de son courage [1].

Démobilisé en décembre 1945 avec le grade de lieutenant, il se reconvertit comme chef d'entreprise d'une entreprise de textiles [1].

Il meurt à Paris le 14 juillet 1990, âgé de 70 ans.

Il est inhumé au cimetière des Moitiers-d'Alonne [1].

Distinctions

  • Officier de la Légion d'honneur
  • Compagnon de la Libération, décret du 7 mars 1945
  • Croix de guerre 1939-1945 (4 citations)
  • Médaille coloniale

Notes et références

  1. 1,00 1,01 1,02 1,03 1,04 1,05 1,06 1,07 1,08 1,09 et 1,10 « Jacques Mouchel-Blaisot », Ordre de la libération (lire en ligne).

Article connexe