Jacques Lesdos

De Wikimanche

Jacques Marie Gustave André Lesdos, né à Koléa (Algérie) le 25 mars 1923 et mort à Cremlingen (Allemagne) le 9 décembre 1944, au camp de concentration de Schandelah, est un résistant et déporté de la Manche.

Biographie

Fils de Joseph Marie Lesdos (1888-1941), lieutenant-colonel né à Cherbourg , petit fils de Gustave Aristide Lesdos (1854-1919) médecin-major à Cherbourg et arrière petit-fils de Jules Anthénor Lesdos (1825-1863) pharmacien à Cherbourg [1].

Formé élève officier de l’École militaire de Saint-Cyr, puis chef de réseau de l'équipe volante d'Instruction de l'École nationale des cadres du maquis Périclés.

En février 1944, sentant la Libération arriver, il est de ceux qui souhaitent y participer et crée le maquis « Fort-de-France » et sous le pseudonyme Drakkar il en est le chef, son adjoint est un ancien aviateur, Raymond Raux, pseudonyme Flammand.

Chapelle du hameau de la Basse-Melle

Le 25 mars 1944, au retour d'une reconnaissance en vue d'une attaque d'un centre de la Gestapo, il est arrêté avec Flammand au hameau de la Basse-Melle sur la commune de Barrême (Alpes-de-Haute-Provence). Le hameau est ensuite incendié par les Allemands.

Le 4 juin 1944, il est déporté par un convoi au départ de Compiègne (Oise) à destination de Neuengamme (Allemagne), où on lui attribue le matricule n° 33627. En décembre 1944, il est affecté en kommando de travail à la raffinerie de Schandelah, un camp de concentration établi dans le quartier Schandelah ; le camp était un sous-camp du camp de concentration de Neuengamme.

Il est « Mort pour la France » en déportation, inhumé à la Nécropole nationale du Struthof (Mémorial national de la déportation) à Natzwiller (Bas-Rhin) [2], carré M, rang 2, tombe 27 [1].

Récompense

  • Médaille de l’Ordre de la Libération [3]

Hommages

  • Son nom figure sur les monuments commémoratifs suivants [4] :
    • Monument commémoratif 1939-1945 à Saint-Lô
    • Monument aux morts d'Urville-Nacqueville
    • Monument aux Morts de l'avenue de Paris à Cherbourg-en-Cotentin
    • Plaque commémorative à La Flèche (Sarthe)
    • Plaque commémorative du prytanée militaire à La Flèche (Sarthe)
    • Nécropole nationale du Struthof à Natzwiller (Bas-Rhin)
    • Monument commémoratif de la Résistance des Basses-Alpes à Manosque (Alpes-de-Haute-Provence)

Notes et références

  1. 1,0 et 1,1 Généalogie-en-Cotentin, site internet consulté le 6 avril 2020.
  2. Mémorial national de la déportation sur Wikipédia français.
  3. « Base des médaillés de la Résistance », Mémoires des Hommes, site internet.
  4. Contributeurs de MemorialGenWeb, Fiche de Jacques Lesdos, MémorialGenWeb, site internet, 2019.

Bibliographie

Liens externes