Hippolyte Olivier

De Wikimanche

Hippolyte Élie François Olivier, né à Équeurdreville le 22 mars 1914 [1] et mort à Cherbourg le 21 juin 1988 [2], est un déporté de la Manche, rentré du camp de concentration d'Ebensee (Autriche).

Biographie

Hippolyte Olivier part en déportation avec un convoi de 994 hommes qui quitte Compiègne-Royallieu (Oise) le 16 avril 1943 à destination du camp de concentration de Mauthausen (Autriche) [3]. Parmi les autres déportés se trouvent les Manchois : Julien Hardy, Jules Lejuez, Jules Leterrier et Jean Nordez.

À son arrivée au camp, il se voit attribuer le numéro matricule 27031. Hippolyte Olivier intègre le kommando Wiener au sud de Vienne, qui produit en série des fusées V2. Après les bombardements alliés, le camp est évacué le 17 novembre 1943. Il est ensuite employé au kommando Ebensee qui fonctionne à la création d'usines souterraines creusées dans la montagne devant produire de l'essence synthétique et des armes secrètes.

Le 6 mai 1945, le camp est libéré.

Notes et références

  1. « Fichier des personnes décédées », data.gouv.fr, Insee, année 1988.
  2. « Acte de décès n° 391 - État-civil de Cherbourg - Fichier des personnes décédées », data.gouv.fr, Insee, année 1988.
  3. Le 14 décembre 1942, Himmler promulgue un décret visant à l’envoi en KL de « 35000 hommes aptes au travail » [3]. Relayée trois jours plus tard par Müller aux services régionaux de la Gestapo, cette opération de « recrutement » de main d’œuvre en Europe de l’ouest constitue l’« Aktion Meerschaum » (« écume de mer »). L’échéance, fixée dans un premier temps au 30 janvier 1943, est finalement repoussée à la fin juin. Pour la France, six transports sont organisés : vers Sachsenhausen le 24 janvier, le 28 avril et le 8 mai 1943, un vers Buchenwald à la fin juin et deux partis de Compiègne à destination de Mauthausen les 16 et 20 avril 1943.

Sources

Articles connexes