Henry Moret

De Wikimanche

Henry Moret.

Henry Moret, né à Cherbourg le 12 décembre 1856, mort à Paris le 5 mai 1913, est un peintre de la Manche.

Biographie

Il est le fils naturel de Louise Moret. Il est reconnu et adopté par un officier de marine, Édouard Moret, en poste à Cherbourg.

Il fait son service militaire à Lorient (Morbihan) et tombe sous le charme de la Bretagne.

Il devient un élève du peintre lorientais Ernest Coroller (1822-1893) avant de rejoindre l'école des beaux-arts à Paris en 1876. Il fréquente l'atelier de Lehmann, puis l'Académie Julian.

Il expose pour la première fois en 1880 à Paris, au Salon de peinture et de sculpture du palais des Champs-Élysées, avec « La plage de Loqueltaz à marée basse ».

Il alterne alors des séjours parisiens et bretons, principalement dans le Finistère. Il s'installe d'abord à Clohars-Carnoët (Finistère), dans le village du Bas-Pouldu. Puis il rejoint Paul Gauguin (1848-1903) à Pont-Aven (Finistère), à l'été 1886 : « D'un caractère indépendant, installé chez le maître du port Kerluen et non à la pension Gloanec, il se lie vite néanmoins à tout le groupe des "impressionnistes" » [1]. Émile Bernard le qualifie de « révolutionnaire paisible et sincère, fort sérieux, assidu et silencieux ».

Il devient l'un des meilleurs représentants de « l'École de Pont-Aven ».

Il meurt en 1913 à Paris de la tuberculose, âgé de 56 ans.

L'œuvre de Henry Moret compte 800 tableaux répertoriés.

En 1983, l'atelier de l'artiste est vendu à l'hôtel Drouot à Paris.

Dans la Manche

L'essentiel de l'œuvre de Henry Moret est consacrée à la Bretagne. Quelques tableaux honorent tout de même la Manche : des huiles comme « Cherbourg » (1890), « Cherbourg » (1909), « Le matin, Diélette » (1912), « Jour de brume à Diélette, Manche » (1912), « Le matin, Diélette » (1912), « Le port de Diéletete » (1912), « Falaise de Jobourg » (1912), ainsi que deux aquarelles, « Le vieux port, Diélette » (1912) et « Épave échouée sur la grève, Diélette » (sans date).

Le style

- « Henry Moret, lui aussi, devait retourner à une vision impressionniste de la nature, mais il conservera un souci très vif de rigueur, né pour une part de sa formation académique aux Beaux-Arts de Paris, pour une autre aux rencontres de Pont-Aven. Son tableau "L'île de Houat" conjugue la fraîcheur impressionniste, l'intensité de la coloration prônée par Gauguin, certain "cloisonnement" venu et de Bernard et de Gauguin. » [1].

Dans les musées

On peut voir quelques œuvres de Henry Moret dans les musées suivants :

en France
  • Paris, musée d'Orsay ; Caen (Calvados), musée des beaux-arts ; Le Havre (Seine-Maritime), musée André-Malraux ; Rennes (Ille-et-Vilaine), musée des beaux-arts ; Brest (Finistère), musée des beaux-arts ; Quimper (Finistère), musée des beaux-arts ; Vannes (Morbihan), musée de la Cohue ; Versailles (Yvelines), musée Lambinet ; Bordeaux (Gironde), musée des Douanes.
à l'étranger
  • Washington (États-Unis), National Gallery of Art ; Boston (États-Unis), Muséum of Fine arts ; Indianapolis (États-Unis), Museum of Art ; Harvard (États-Unis), Arts Museum ; Georgia (États-Unis), Oglethorpe University Museum ; Genève (Suisse), musée du Petit-palais ; Saint-Pétersbourg (Russie), musée de l'Ermitage ; Southampton (Angleterre), City Art Gallery ; Cardiff (Pays de Galles), National Museum Walles.

Ventes aux enchères

En 1984, à Morlaix (Finistère), son tableau » Les Îles Glénan » (1905) est adjugé 107 000 F par Me Gérard Boscher [2].

Le 9 mai 2010, à Brest (Finistère), un de ses tableaux, « La neige à Quimper », peint en 1909, est vendu 50 000 € lors d'une vente aux enchères chez Mes Lannon et Grannec [3]. Un autre tableau intitulé « Côtes du Bélon, Finistère » (1911) est adjugé 64 000 € le 26 avril 2012 chez Artprecium à Paris (elle avait été achetée 7 500 F en 1942).

Le 3 décembre 2013, Artcurial organise une vente dédiée à l'École de Pont-Aven dominée par Henry Moret (3 peintures et 26 aquarelles).

Le 21 août 2014, à La Baule (Loire-Atlantique), sa toile « Les chaumes en Guidel]] est adjugée 255 000 € [4].

Le 6 décembre 2014, à Nantes (Loire-Atlantique), sa toile représentant le port de Brigneau (Finistère) atteint 143 000 € [5].

Le 1er janvier 2016, à Honfleur (Calvados), sa toile « Personnage sur la plage de Trévignon » est adjugée 121 000 € [6].

Le 6 mai 2017, à Brest (Finistère), Mes Lannon et Grannec adjugent à 323 300 € la toile « Les Pêcheuses » (60 x 73 cm) [7].

Le 5 mai 2018, à Brest (Finistère), la toile « Bretonnes au bord de la mer » est adjugée à 122 000 € par l'étude de Thierry-Lannon & Associés [8].

Le 8 décembre 2018, à Brest (Finistère), les huiles sur toiles « Ferme sous la neige » et « Rivière de Merrien » sont adjugées respectivement 148 840 € et 179 340 € par Mes Lannon et Grannec [9].

Expositions personnelles

  • 1898 : Paris, première exposition personnelle organisée par le célèbre marchand de tableaux Paul Durand-Ruel (1831-1922)
  • 26 juin-26 septembre 1988 : Pont-Aven (Finistère), musée, « Henry Moret, aquarelles et peintures 1856-1913 »
  • 27 juin-19 octobre 1998 : Quimper (Finistère), musée des beaux-arts, « Henry Moret : un paysagiste de l'École de Pont-Aven »
  • 3 décembre-21 décembre 2013 : Paris, Galerie Flora Jansem : « Autour de Henry Moret »,

Bibliographie

  • Catalogue, aquarelles et peintures, Musée de Pont-Aven, 1988
  • Catalogue Ader Picard Tajan, aquarelles, dessins, 1990
  • Catalogue, Musée des beaux-arts de Quimper, 1998
  • Jean-Yves Rolland et Marie-Bénédicte Baranger, Henry Moret 1856-1913, éditions Palantines, 2002

Notes et références

  1. 1,0 et 1,1 Antoine Terrasse, Pont-Aven, l'école buissonnière, Découvertes Gallimard, 1992.
  2. « Un tableau de Henry Moret adjugé à 107 000 F », Ouest-France, 7 novembre 1984.
  3. Steven Le Roy, « Le Henry Moret vendu 50 000 € », Le Télégramme de Brest, 10 mai 2010.
  4. « Un tableau d'Henry Moret vendu 255 000 € à La Baule », Ouest-France, 22 août 2014.
  5. breizh-info.com, 10 décembre 2014.
  6. « Enchères à Honfleur : un Moret vendu 121 000 € », Dimanche Ouest-France, 3 janvier 2016.
  7. « Des ventes remarquées », Ouest-France, 13-14 mai 2017.
  8. « Des ventes remarquées », Ouest-France, 12-13 mai 2018.
  9. « Des ventes remarquées », Ouest-France, 22-23 décembre 2018.

Lien interne