Havre de la Vanlée

De Wikimanche

Chargement de la carte...

Le havre de la Vanlée est un site géographique de la Manche.

Il est classé « Patrimoine naturel » le 26 décembre 1988[1].

Géographie

Le site se trouve au sud-ouest du département de la Manche, entre Agon-Coutainville et Granville. Il se situe sur le territoire des communes de Bricqueville-sur-Mer, Lingreville et Bréhal.

Il sert d'estuaire à la Vanlée et reçoit les ruisseaux des Hardes au nord-est, du Pont de Bois à l'est et de Belle Croix au sud.

ll est franchi par la route départementale 375, submersible par grande marée et la route départementale 592 qui traverse la Vanlée sur un pont à portes à flots, marquant la limite entre les prairies humides et les herbus.

Protection

Dans les années 1950-1960, grâce à la ténacité de Bernard Adam, éleveur de moutons, il échappe à un projet de poldérisation favorisant le maraîchage : les riverains du havre jouissent du droit inaliénable de vaine pâture donné par l'abbé du Mont-Saint-Michel en 1238 [2].

Le havre de la Vanlée a été acquis par le Conservatoire du littoral en 1992 et 1993, à travers 38 actes d'acquisition. Il couvre 10 hectares. Il se compose de salines et de prés salés (herbus). Lors des grandes marées, la mer recouvre la route d'accès.

Il est géré par la commune de Lingreville, le Syndicat mixte des espaces littoraux de la Manche et le Syndicat mixte pour l'équipement touristique de la Manche.

Le territoire est couvert par deux zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) de type 1, les dunes de Lingreville et l'estuaire de la Vanlée, et une ZNIEFF de type 2, le havre de la Vanlée.

Il est également espace Natura 2000 depuis 2004[1].

Faune

Environ 150 espèces d'oiseaux, migrateurs ou non, ont été recensées dans le site [3].

On y trouve aussi de nombreux moutons, principalement des roussins de la Hague [3], ainsi que d'innombrables lapins dans le massif dunaire, à l'ouest [3].

Flore

La salicorne pousse en abondance, ainsi que l'obione, dans la partie nord ouest du havre. La cueillette des salicornes n'est autorisée que du 1er juin au 31 août, du lever au coucher du soleil.

Bibliographie

  • Elhaï Henri, « Morphologie littorale : un havre de la côte Ouest du Cotentin », Bulletin de l'Association de géographes français, n°284-285, mai-juin 1959. pp. 2-19. (lire en ligne)
  • Cyrille Billard, Martine Clet-Pellerin, Jean-Pierre Lautridou, « Un site protohistorique littoral dans le havre de la Vanlée à Lingreville et Bricqueville-sur-Mer (Manche) », Revue archéologique de l'ouest, tome 12, 1995. pp. 73-110 (lire en ligne).

Notes et références

  1. 1,0 et 1,1 Dreal de Basse-Normandie, « Site classé n°50012 », Caen septembre 2013 (lire en ligne).
  2. « Bernard Adam ancien maire sort un livre », Ouest-France, 12 juillet 2021.
  3. 3,0 3,1 et 3,2 Pascal Simon, « Le havre de la Vanlée, une ode à l'immensité », Dimanche Ouest-France, supplément « Balades en Normandie », 6 mai 2012.

Article connexe

Liens externes