Haras d'Avranches

De Wikimanche

Entrée vers 1910.
Cour intérieure vers 1928.

Le haras d'Avranches est un ancien centre de reproduction de chevaux, de la Manche.

Dès 1906, la ville d'Avranches « s'impose de lourds sacrifices pour édifier les logements d'un haras »[1]. Après sa visite, le directeur des Haras se déclare satisfait de la nouvelle installation ; le conseil municipal lui envoie « une lettre officielle le priant d'envoyer à Avranches des étalons de choix, qui par leur valeur, pourront compenser les sacrifices financiers consentis par la ville» [1].

Le haras est officiellement inauguré le 13 octobre 1907 en présence de Joseph Ruau ministre de l'agriculture, et Henry Chéron, sous-secrétaire d'État à la guerre[2].

Durant la Première Guerre mondiale, il accueille les classes du collège d'Avranches, transformé en hôpital militaire.

De 1974 à 2006, il laisse place à un centre équestre, lui même fermé en 2010[3].

En 2010, le bâtiment, toujours communal, est restauré pour accueillir un boulodrome[3]. La charpente métallique est décapée et repeinte.

Situé allée Jacques-Anquetil, il accueille dorénavant des expositions, des spectacles et des compétitions de pétanque.

Notes et références

  1. 1,0 et 1,1 « Avranches. Au conseil municipal. Les haras », L'Ouest-Éclair, 16 octobre 1906 (lire en ligne)
  2. « Les fêtes d'Avranches », L'Ouest-Éclair, 14 octobre 1907 (lire en ligne)
  3. 3,0 et 3,1 Agnès Duchemin, « Des boules de pétanque à la place des chevaux d'Avranches », La Manche Libre, site internet, 6 juillet 2010

Lien interne