Hôpital irlandais de Saint-Lô

De Wikimanche

Les baraques.

L'hôpital irlandais de Saint-Lô est un ancien établissement hospitalier de la Manche basé à Saint-Lô.

En avril 1945, lors d'une visite à Saint-Lô de Raoul Dautry, ministre de la Reconstruction, le ministre d'Irlande qui l'accompagne, annonce que son pays est disposé à offrir un hôpital provisoire à la ville de Saint-Lô, presque totalement détruite [1].

Le matériel médical est débarqué à Cherbourg quelques mois plus tard.

La maternité.

L'hôpital ouvre en décembre 1945 à l'initiative de la Croix-Rouge irlandaise [2]. Il est constitué de 25 baraques en bois, construites rue du Maréchal-de-Lattre-de-Tassigny [2], qui offrent une centaine de lits. Il est inauguré le 7 avril 1946 par Pierre Pfimlin, sous-secrétaire d'État à la Population [1].

Le colonel Thomas J. Mc Kinney est à sa tête. Jim Gaffney en est le médecin-chef. L'hôpital emploie 12 médecins, 23 infirmières et 7 agents administratifs, dont l'écrivain Samuel Beckett comme intendant [3], qui reste six mois sur place et dont il retire son témoignage The Capital of the Ruins.

La présence d'un hôpital irlandais soignant ses patients gratuitement crée quelques remous au sein du corps médical local qui parle de « concurrence déloyale » [1]. La polémique agite jusqu'au conseil municipal [1]. Le 29 septembre 1946, 6 000 Saint-Lois défilent en ville derrière leur maire pour demander aux Irlandais de rester[1].

L'établissement est doté d'une maternité : 180 petits Saint-Lois y naissent en 1946 [4].

Le 31 décembre 1946, iI est cédé à la Croix-Rouge française en attendant la construction de l'hôpital mémorial en 1956[2]. Les Irlandais quittent Saint-Lô en janvier 1947.

Au démantèlement de l'hôpital irlandais, les baraquements sont investis à la rentrée 1957 par les premières classes du centre d'apprentissage, puis par un cours complémentaire en 1959 qui sera reconstruit en CES Pasteur en 1966.[5]

Le 9 avril 2016, une stèle commémorant les 70 ans de l'hôpital, œuvre de Xavier Gonzales, est inaugurée face au collège Pasteur, en présence de Geraldine Byrne Nason, ambassadrice d'Irlande en France, Sheila Callan, représentant la Croix-Rouge irlandaise, et François Brière, maire de Saint-Lô [6].

L'association Shanaghy entretient le souvenir de cet hôpital.

Bibliographie

  • Phyllis Gaffney, Healing Amid the Ruins - The Irish Hospital in Saint-Lô

Notes et références

  1. 1,0, 1,1, 1,2, 1,3 et 1,4 « Ces médecins venus d'Irlande », beaucoudray.free.fr, consulté le 9 avril 2016.
  2. 2,0, 2,1 et 2,2 Site officiel de la ville de Saint-Lô, consulté le 9 avril 2016.
  3. Alexandra Huctin, « Saint-Lô se souvient de son hôpital irlandais », France 3 Normandie, 6 avril 2016.
  4. « L'hôpital irlandais fête ses 70 ans », Côté Manche, 29 février 2016 (lire en ligne).
  5. Élèves du Collège Louis-Pasteur, « Le collège Louis-Pasteur », Regard architectural, 2017 (lire en ligne)
  6. Zoé Baillet, « La ville a montré sa gratitude à l'Irlande », Dimanche Ouest-France, 10 avril 2016.

Lien interne