Gustave Jurczyszyn

De Wikimanche

Gustave Jurczyszyn, né à Gatteville le 15 janvier 1918, mort à Saint-Lô le 24 novembre 1942, est un résistant de la Manche.

Fils d’un émigré polonais naturalisé en 1925, il habite Cherbourg; il est marié et père d’un enfant âgé de quelques mois.

« L’Affaire Jurczyszyn » est un terrible exemple, et pas le seul dans la Manche, de la collaboration des autorités de Vichy avec l’occupant nazi dans la répression de la Résistance.

Gustave Jurczyszyn exerce des responsabilités dans un groupe du Front National (Résistance) qui a notamment à son actif des incendies d’entrepôts de matériel allemand à Cherbourg et à Coutances. Déjà fiché aux Renseignements généraux pour avoir appartenu aux Jeunesses communistes il est soupçonné de propagande anti-allemande. Peu aguerri et sous-estimant la dangerosité de la police française, il est arrêté le 3 juillet 1942 par des policiers de Cherbourg, à la suite de la découverte dans un garage d’un dépôt d’explosifs. Après vingt heures d’interrogatoires et de sévices menés par le commissaire Ponceau et ses hommes au commissariat du 1er arrondissement de Cherbourg (place Divette), Gustave Jurczyszyn finit par craquer, et donne des renseignements qui aboutissent à une vaste rafle contre le groupe (constitué principalement d’ouvriers et de cheminots de la région de Cherbourg et de Coutances).

Les nombreuses arrestations, effectuées au début par les policiers français, les commissaires Ponceau, Dargent, Laniez et son chef Decarreaux (de la Brigade spéciale de Rouen), se poursuivent en collaboration avec les Allemands, jusqu’en novembre 1942. Livrés à la Gestapo, ces résistants sont jugés par la cour martiale allemande de Saint-Lô ; beaucoup sont condamnés à mort et fusillés : Gustave Jurczyszyn, Maurice Lemaire (père), Maurice Lemaire (fils), Alexandre Avoyne, Félix Bouffay, Fernand Charpentier, Léon Theil, Raymond Potier, Pierre Vastel, Lucien Delacour, Roger Anne, Maurice Truffaut, Victor Lévêque. D’autres mourront dans divers camps de concentration : Louis Barbey, Stéphane Contesse, Philibert Daireaux, Albert Delacour, Jean Houyvet, René Lorence, François Nicollet, Jean Michel, Pierre Tirel...

Le journal de la collaboration Cherbourg-Éclair du 11 novembre 1942, relatant ces événements, voit des « crimes » dans les actions de ces « terroristes communistes » qui « espéraient entraîner des Français dans une activité ouverte contre les troupes allemandes d’occupation et, en particulier, soutenir les Anglais en cas de débarquement ».

Dans sa dernière lettre adressée à sa femme, le 24 novembre 1942, Gustave Jurczyszyn avant d’être fusillé, écrit : « […] Les seuls mauvais traitements que j’ai subis sont venus de la police française, ce qui prouve que nous avons de tristes compatriotes. »

À la libération de la Normandie en juillet 1944, le triste commissaire Ponceau se mettra dans le camp des vainqueurs, à la disposition du général Legentilhomme, commandant alors la 3e région militaire. Promu commissaire divisionnaire de la DST à Rouen, Ponceau deviendra à ce titre, responsable de l’épuration, y compris de celle de la police, dans toute la Normandie ; c’est dire que ses anciens comparses seront peu inquiétés, comme Laniez, emprisonné un temps à Saint-Lô, mais vite amnistié. D’autres s’en tireront en prétendant qu’ils avaient aidé la Résistance. Les commissaires Dargent et Decarreaux et tous les policiers mis en cause après la Libération par les familles des victimes, en particulier par la famille Bouffay seront acquittés.


La famille de Gustave Jurczyszyn : Geneviève, son épouse, condamnée à cinq mois d’emprisonnement par la Feldkommandantur de Saint-Lô. Ses frères : Lucien, né en 1917, engagé volontaire, mécanicien d’aviation FFL ; Jean, né en 1919, prisonnier de guerre ; Pierre, élève-instituteur à l’École normale de Saint-Lô, maquisard en Côte d’Or, fusillé au Mont-Valérien ; sa soeur, âgée de onze ans à l’époque, qui confiera plus tard : « Cette époque ne m’a laissé que tristesse et amertume ».

Sources

  • Archives de Juliette Defrance.
  • Recherches de Paul Le Goupil, résistant déporté.
  • André Debon, Louis Pinson, La Résistance dans le Bocage normand, Paris, Éditions Tirésias, 1994.
  • Marcel Leclerc, La Résistance dans la Manche, réseaux et mouvements, juin 1940-août 1944, Cherbourg, Éditions La Dépêche, 1980.

Bibliographie

  • Dominique François, L'Affaire Jurczyszyn, Éditions Eurocibles, 2009.

Voir aussi