Guillaume René d'Anneville

De Wikimanche

Guillaume René d'Anneville, dit « marquis de Chiffrevast », baron d'Empire, né à Tamerville le 5 mars 1712 et mort dans la même commune le 20 juillet 1790 [1][2], est une personnalité militaire de la Manche.

Biographie

Il est seigneur de Tamerville, du Theil, de l'If, du Castelet, d'Huberville, de Flottemanville-Hague, de l'Hommée et de Sainte-Marie d'Audouville [2].

Il est trois ans page du Roi, devient en 1730 premier page du Roi à sa Grande Écurie.

Il est fait cornette de dragons en 1732. L'année suivante, il achète une compagnie dans le même régiment où il sert jusqu'en 1745.

Après avoir reçu la croix de Saint Louis et une pension du Roi de 500 livres, il est obligé de quitter l'armée à cause de deux blessures qu'il a reçues lorsque l'armée se retira de Bohême en 1742.

Il est le père de :


Il est membre de l'Assemblée provinciale de Basse-Normandie.

Distinction

Il est chevalier de l'ordre royal et militaire de Saint Louis [2].

«Souvenirs thermidoriens» : un chapitre entièrement faux.

On trouve dans les bonnes bibliothèques, en l’occurrence Gallica, un étrange recueil nommé «Souvenirs thermidoriens»[3].

Si on l'a trouvé c'est parce qu'il raconte entre autres avec force détails les derniers jours du « marquis de Chiffrevast […] un homme de près de quatre-vingts ans », autrement dit le dernier seigneur et patron de Tamerville. Curieusement ce récit est complétement farfelu.

La description de l'arrestation du noble vieillard en juillet 1794 et de sa décapitation à Paris dans la foulée tirerait des larmes au plus insensible des républicain contemporain. Un tel souci d’authenticité dans la description force l'admiration du lecteur.

Las, quand on lit le registre des décès de 1790 à Tamerville[2], on y découvre que le marquis en question est mort dans son lit à Tamerville « muni des sacrements », et qu'il est paisiblement enterré dans le cimetière paroissial.

D'ailleurs, de marquis il n'avait que le surnom. C'est le « Dictionnaire de la noblesse… »[4] qui nous le dit.

En réalité c'est son fils ainé qui est décapité à Paris, âgé de quarante-deux ans…


Notes et références

  1. Baptême : Archives de la Manche ­— (BMS) Tamerville 1701 1718 (E4) — Vue : 128GaucheBas.jpg
  2. 2,0 2,1 2,2 et 2,3 Inhumation : Archives de la Manche ­— (BMS) Tamerville 1783-1792 (E9) — Vue : 207GaucheBas.jpg
  3. Souvenirs thermidoriens, Duval, Georges-Louis-Jacques, 1844, Paris (lire en ligne)
  4. Dictionnaire de la noblesse : contenant les généalogies, l'histoire et la chronologie des familles nobles de France. Tome 1, Aubert de La Chesnaye Des Bois, François-Alexandre - Badier, Jacques - 1863-1876 Paris (lire en ligne). Les appellations « marquis » et « comte » appliquées aux d'Anneville sont seulement des surnoms.

Article connexe

Lien externe