Gerville-la-Forêt

De Wikimanche

Gerville-la-Forêt est une ancienne commune de la Manche, aujourd'hui rattachée à Vesly.

Toponymie

Attestations anciennes

  • Gerivilla 1080 [1].
  • Gerevilla 1115, 1148 [1], 1186 [2], 1185/1188 [3].
  • Gervilla 1209 [1].
  • Guirevilla 1221 [1].
  • apud Guerevillam 1231 [4].
  • [gén.] Gereville 1223/1236 [5].
  • Guerville 1252 [1].
  • Guirevilla ~1280 [1].
  • Guierevilla 1287 [1].
  • Guirevilla 1332 [6].
  • Guerevilla 1332 [7].
  • Guiervilla 1351/1352 [8].
  • Guerville 1431 [1].
  • Gerville 1634 [9].
  • Vierville [sic; lire Gierville] 1612/1636 [10].
  • Gigeruille [sic; lire Gierville ?] 1648 [11].
  • Gerville 1677 [12], 1689 [13], 1694 [14], 1695 [15], ~1700 [16], 1713 [17], 1716 [18], 1719 [19], 1735 [20], 1736 [21], 1757 [22], 1753/1785 [23], 1793 [24], 1801 [25], 1804 [26].
  • Gerville-sous-Mont-Castre 1828 [27].
  • Gerville 1829 [28], 1830 [29], 1837 [30], 1854 [31], 1825/1866 [32], 1878 [33], 1880 [34], 1903 [35].
  • Gerville-la-Forêt 1936 [25].
  • Gerville-la-Foret 1954 [36].
  • Gerville 1962 [37], 1972 [38].
  • Gerville la Foret 1978 [39].
  • Gerville la Forêt 1993 [39].
  • Gerville-la-Forêt 2007 [40].

Étymologie

Toponyme médiéval en -ville (élément issu du gallo-roman VILLA « domaine rural »). Le premier élément est un anthroponyme (nom de personne) d'origine germanique, au sujet duquel les spécialistes ne s'accordent pas.

  • Auguste Longnon y a vu le nom de personne scandinave Geiri, Gerri [41]. L'explication par Geiri a été ensuite reprise par Adigard des Gautries avec beaucoup de réserves [42], puis Ernest Nègre [43], et celle par Gerri par Albert Dauzat [44]. Ces noms sont des hypocoristiques d'anthroponymes scandinaves commençant par l'élément geirr « lance ».
  • La disciple d'Albert Dauzat, Marie-Thérèse Morlet, n'adopte pas ce point de vue et rattache le toponyme au nom germanique continental (francique) Gerin [45], diminutif de Gero, hypocoristique des noms en Ger- « lance ».
  • François de Beaurepaire penche quant à lui pour le nom germanique continental Gero ou Giro [1], équivalent francique du scandinave Geiri / Gerri. Cette explication fut reprise par René Lepelley [46].

C'est sans doute le [i] interne de la première forme attestée, Gerivilla, qui a incité divers auteurs à opter pour le nom scandinave Geiri / Gerri ou le francique Gerin (en supposant, dans le cas de Marie-Thérèse Morlet, une chute précoce du [n] devant consonne), plutôt que Gero. Ce dernier élément possède cependant une forme combinatoire Geri-, attestée par exemple dans les noms latinisés Geribaldus, Geribernus, Geribertus, etc. [47], de telle sorte qu'il semblerait également pouvoir convenir. Il n'est pas possible d'être affirmatif dans ce cas indécis, quoique l'hypothèse de Marie-Thérèse Morlet semble la moins probable des trois (la chute supposée du [n] de Gerin étant assez inhabituelle). Quoi qu'il en soit, tous ces noms reposent en dernier lieu sur le germanique commun °gaizaz « lance » (cf. ancien anglais gār, ancien haut-allemand, ancien saxon gēr, ancien norois geirr) < indo-européen °gʰaiso-s « bâton, épieu; lance » (cf. latin gaesum, gaulois gaiso, de même sens).

Quelques points particuliers méritent par ailleurs d'être notés :

  • Du 13e au 15e siècle, on constate l'existence de formes en Gue-, Guie- ou Gui-, où se manifeste le traitement normano-picard de [g] germanique devant [e] et [i]. On relève le même phénomène parmi les formes anciennes de Gerville en Seine-Maritime.
  • Étant donné l'existence de cet homonyme normand, Louis Du Bois proposa en 1828 le déterminant -sous-Mont-Castre (l'autre Gerville étant rebaptisée par lui Gerville-Thiboutot). Il fait allusion au Mont Castre, hauteur principalement située sur le territoire de la commune contiguë de Lithaire. Cette proposition ne fut pas retenue.
  • Le déterminant actuel, -la-Forêt, fut officiellement adopté en 1936, par référence au Bois de Lessay proche.

Histoire

Gerville-la-Forêt (582 hectares de superficie) fusionne avec Vesly le 1er janvier 1973 (arrêté du 20 octobre 1972).

Démographie

Sous l'Ancien régime

Sous l'Ancien régime, le dénombrement des populations se fait généralement par feux, c'est-à-dire par foyers. Le nombre de personnes habitant sous un même toit variant beaucoup suivant celui d'ascendants et d'enfants [48], ces données sont donc relatives, mais donnent néanmoins une idée de l'évolution démographique.

Depuis la Révolution

Évolution démographique depuis 1793 (Sources : Cassini [49] et INSEE [50])
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
233 261 279 312 312 275 272 291 300 246
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
243 225 199 186 182 183 203 185 195 180
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
144 125 108 128 145 102 115 112 104
1982 1990 1999 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012
2013 2014 2015 2016 2017 2018 2019 2020 2021 2022
De 1962 à 1999 : Population sans doubles comptes. Depuis 2006 : Population municipale.


Administration

Circonscriptions administratives avant la Révolution

Circonscriptions administratives depuis la Révolution

Les maires

Liste des maires
Période Identité Parti Qualité Observations
.......-....... Jean La Banque 1794
.......-....... Jean Vallée 1797, 1798
.......-....... Charles Duhérissier de Gerville 1811
1811-1835 François Dolbet
1835-1843 Nicolas Vichard décédé en exercice le 22 mai 1843
1844-1848 Jacques Pitance
1848-1852 François Dolbet fils du précédent
1852-1856 Jacques Pitance décédé en exercice le 3 avril 1856
1857-1865 Jean Levesque
1866-1875 Désiré Vichard décédé en exercice le 25 février 1875
1875-1876 Michel Pitance
1876-1879 François Dolbet
1879-1881 Michel Pitance
1881-1892 Jean Pitance
1892-1907 Charles Piquois
1907-1915 Jean Labanque
1915-1931 Charles Piquois
1931-1942 Jean Levesque
1942-1949 René Lemonnier
1949-1964 Gustave Housset
1964-1965 Pierre Bliaux
1965-1973 Jean Leconte
1973-1989 Jean Leconte maire délégué
1989-actuel Michel Fréret SE maire délégué
Sources : État civil de 1790 à 1892 - De 1892 à nos jours : 601 communes et lieux de vie de la Manche.



Religion

Circonscriptions ecclésiastiques avant la Révolution

Patronage

Personnalités liées à la commune

Naissances

Notes et références

  1. 1,0, 1,1, 1,2, 1,3, 1,4, 1,5, 1,6, 1,7 et 1,8 François de Beaurepaire, Les noms de communes et anciennes paroisses de la Manche, Picard, Paris, 1986, p. 122.
  2. Gallia christiana, t. XI, Imprimerie Royale, Paris, 1759, Instr., p. 248C.
  3. Léopold Delisle, Recueil des actes de Henri II, revu et publié par Élie Berger, Imprimerie Nationale, Paris, t. II, 1920, p. 301, § DCLXXIX.
  4. Léopold Delisle, Le cartulaire normand de Philippe-Auguste, Louis VIII, saint Louis et Philippe le Hardi, Mémoire de la Société des Antiquaires de Normandie XVI (2e série, 6e vol.), Paris, 1852, p. 61a, § 379.
  5. Julie Fontanel, Le cartulaire du chapitre cathédral de Coutances, Archives départementales de la Manche, Saint-Lô, 2003, p. 411, § 273.
  6. Pouillé du Diocèse de Coutances, 1332, in Auguste Longnon, Pouillés de la Province de Rouen, Recueil des Historiens de France, Paris, 1903, p. 323G.
  7. Ibid., p. 3219B.
  8. Compte du Diocèse de Coutances, pour l’année 1351 ou 1352, in Auguste Longnon, op. cit., p. 374C.
  9. Sébastien Cramoisy, Carte générale de toutes les costes de France tant de la mer Océane que Mediterranée, 1634 [BNF].
  10. Jean Bigot sieur de Sommesnil, État des paroisses des élections de Normandie, 1612/1636 [BNF, ms. fr. 4620].
  11. 11,0 et 11,1 « Benefices du dioceze de Coutances », p. 13, in Pouillié general contenant les benefices de l’Archevesché de Rouen […], chez Gervais Alliot, Paris, 1648.
  12. Roles par généralités et élections des paroisses de France et de leur imposition aux tailles, 1677 [BNF, cinq cents Colbert, ms. 261 f° 229 à 275].
  13. G. Mariette de La Pagerie, cartographe, Unelli, seu Veneli. Diocese de Coutances, divisé en ses quatre archidiaconés, et vint-deux doiennés ruraux avec les Isles de Iersay, Grenesey, Cers, Herms, Aurigny etc., chez N. Langlois, Paris, 1689 [BNF, collection d'Anville, cote 00261 I-IV].
  14. Jean-Baptiste Nolin, Le duche et gouvernement de Normandie Divisé en Haute et Basse Normandie, en Divers Pays, et par Evechez, Paris, 1694 [BNF, IFN-7710251].
  15. P. Mortier / H. Jaillot, Le Duché et Gouvernement de Normandie divisée en Haute et Basse Normandie, Amsterdam, 1695.
  16. Gerard Valk, Normannia Ducatus, tum Superior ad Ortum, tum Inferior ad Occasum, Praefectura Generalis […] Anglici Caesarea sive Jarsey…, Amsterdam, ~1700.
  17. 17,0 et 17,1 Dénombrement des généralités de 1713 [BNF, ms. fr. 11385, f° 1 à 132].
  18. Guillaume de l'Isle, Carte de Normandie, Paris, 1716.
  19. Bernard Jaillot, Le Gouvernement général de Normandie divisée en ses trois généralitez, Paris, 1719.
  20. 20,0 et 20,1 Nouveau dénombrement du royaume par generalités, elections, paroisses et feux […], t. II, Impr. Pierre Prault, Paris, 1735, p. 54b.
  21. Bernard Jaillot, Carte topographique du diocèse de Bayeux, Paris, 1736 [BNF, collection d’Anville, cote 00260 B].
  22. L. Brion de la Tour, Recueil des Côtes Maritimes de France, Desnos, Paris, 1757, carte n° 12.
  23. Carte de Cassini.
  24. Site Cassini.
  25. 25,0 et 25,1 Bulletin des lois de la République française, Imprimerie Nationale, Paris.
  26. Dictionnaire universel, géographique, statistique, historique et politique de la France, impr. Baudouin, libr. Laporte, vol. II (COA-H), an XIII (1804), p. 557b.
  27. Louis Du Bois, Itinéraire descriptif, historique et monumental des cinq départements de la Normandie, Mancel, Caen, 1828, p. 463.
  28. Annuaire de la Manche (1829), Statistique de l'arrondissement de Coutances, p. 139.
  29. J. G. Masselin, Dictionnaire universel de géographie physique, commerciale, historique et politique du Monde Ancien, du Moyen Age et des Temps Modernes comparées / Dictionnaire universel de géographie, t. I, Auguste Delalain, Paris, 1830, p. 546b.
  30. Dictionnaire géographique universel ou description de tous les lieux du globe sous le rapport de la géographie physique et politique, de l’histoire, de la statistique, du commerce, de l’industrie, etc., etc., Sociétés de Paris, Londres et Bruxelles pour les publications littéraires, Bruxelles, 1837, t. I, p. 775b.
  31. V. Lavasseur, Atlas National Illustré des 86 départements et des possessions de la France, A. Combette éditeur, Paris, 1854.
  32. Cartes d’État-Major (relevés de 1825 à 1866, mises à jour jusqu’à 1889).
  33. Abbé Auguste Lecanu, Histoire du diocèse de Coutances et d'Avranches depuis les temps les plus reculés jusqu'à nos jours; suivie des actes des saints et d'un tableau historique des paroisses du diocèse, impr. de Salettes, Coutances, t. II, 1878, p. 335.
  34. Carte du département de la Manche in Adolphe Joanne, Géographie du département de la Manche, Hachette, Paris, 1880.
  35. Auguste Longnon, Pouillés de la Province de Rouen, Recueil des Historiens de France, Paris, 1903.
  36. Nomenclature des hameaux, écarts et lieux-dits de la Manche, INSEE, 1954.
  37. Atlas de Normandie, Caen, 1962.
  38. Anne Vallez, Pierre Gouhier, Jean-Marie Vallez, Atlas Historique de Normandie II (économie, institutions, comportements), Université de Caen, Caen, 1972.
  39. 39,0 et 39,1 Annuaire officiel des abonnés au téléphone.
  40. Carte IGN au 1 : 25 000.
  41. Auguste Longnon, Les noms de lieux de la France, Paris, 1920-1929; rééd. Champion, Paris, 1979, p. 297, § 1243.
  42. Jean Adigard des Gautries, Les noms de personnes scandinaves en Normandie de 911 à 1066, Lund, 1954, p. 206.
  43. Ernest Nègre, Toponymie Générale de la France, Droz, Genève, t. II, 1991, p. 1023, § 18427.
  44. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Larousse, Paris, 1963, p. 317b.
  45. Marie-Thérèse Morlet, Les noms de personnes sur le territoire de l’ancienne Gaule du VIe au XIIe siècle, Paris, CNRS, t. III (les noms de personnes contenus dans les noms de lieux), 1985, p. 320b.
  46. René Lepelley, Dictionnaire étymologique des noms de communes de Normandie, Caen, Presses Universitaires de Caen / Condé-sur-Noireau, Éditions Charles Corlet, 1993, p. 133b.
  47. Marie-Thérèse Morlet, Les noms de personnes sur le territoire de l’ancienne Gaule du VIe au XIIe siècle, Paris, CNRS, t. I (les noms issus du germanique continental et les créations gallo-germaniques), 1968, p. 99b.
  48. Une moyenne de 5 à 6 personnes semble cependant le chiffre le plus vraisemblable.
  49. Population avant le recensement de 1962
  50. INSEE : Population depuis le recensement de 1962