Georges Gautier

De Wikimanche

Georges Gautier.

Georges Gautier, né au Chefresne le 23 mars 1901, mort au camp de concentration de Dachau (Allemagne) le 3 février 1945, est un résistant de la Manche.

Il est homologué RIF (Résistance intérieure française) au grade de sergent, au titre du Front national.

Georges Gautier entre dans la lutte clandestine contre l'occupant au sein du Front national au mois d'août 1942. Son adhésion est donnée à Robert Colléath, dit « Paul », alors responsable départemental de ce mouvement. Il participe au regroupement de partisans, diffuse des tracts patriotiques, assure des liaisons-notamment avec Robert Storez, dit « Maurice », de Villedieu-les-Poêles, héberge des militants illégaux, organise des réunions clandestines à son domicile.

Il est arrêté au cours de son activité résistante le 7 mai 1943, lors d'opérations policières menées dans l'ensemble du département, suite aux dénonciations, faites sous la torture, de Robert Colléath.

Georges Gautier quitte Paris vers le camp de concentration de Natzweiler-Struthof (Bas-Rhin) le 8 juillet 1943. Il s'agit d'un wagon-cellulaire emportant 61 hommes de nationalité française. Ces déportés classés NN [1] ; d’une part, ceux transférés en Allemagne par les autorités de la Wehrmacht afin d’être jugés par les tribunaux spéciaux mis en place pour une application stricte du décret Keitel de décembre 1941 et d’autre part, ceux déportés par la Gestapo dont l’objectif n’est pas le jugement mais uniquement l’envoi dans un camp. Parmi les autres déportés de ce transport se trouvent les Manchois Brûlé, Duros, Francolon, Lecarpentier, Leclerc, Legaigneur, Leparquier et Roulier ainsi que Messac [2]

Le wagon est décroché en gare de Strasbourg pour qu'ils soient dirigés sur le camp de Natzweiler-Struthof en raison d'un contre-ordre donné à la suite des bombardements de Cologne [2].

À son arrivée au camp, il se voit attribuer le numéro matricule 5947. Il reste interné au camp de Natzweiler-Struthof jusqu’à l’évacuation de celui-ci, en septembre 1944, vers le camp de concentration de Dachau.

Georges Gautier y meurt du typhus le 3 février 1945.

Distinctions

  • Croix de guerre 1939-1945, avec palmes
  • Médaille de la résistance, à titre posthume
  • Médaille militaire

Hommages

Au Chefresne, un square inauguré le 20 février 2005 honore sa mémoire.

Sources

Notes et références

  1.  Nacht und Nebel.
  2. 2,0 et 2,1 Fondation pour la mémoire de la déportation.

Lien interne