Rassemblement national dans la Manche

De Wikimanche

(Redirigé depuis Front national (parti) dans la Manche)
Logo.

Le Rassemblement national dans la Manche

Le parti est d'abord fondé en octobre 1972 sous le nom de Front national.

Il est généralement situé à l'extrême droite, classification que contestent ses dirigeants.

Il est présidé par Jean-Marie Le Pen (° 1928) de sa création à 2011, et depuis par sa fille Marine Le Pen (°1968).

Le 1er juin 2018, il change de dénomination et devient Rassemblement national (RN) [1].

Implantation

Dans la Manche, comme dans le reste de l'ouest de la France, le Front national est longtemps peu implanté. Exception notable, Fernand Le Rachinel, trésorier du parti avant de le quitter sur fond de désaccord politique et de différends financiers, est élu au conseil général pendant vingt ans, de 1979 à 2001.

Lors de l'élection présidentielle de 2002, son candidat Jean-Marie Le Pen obtient 13,31 % des suffrages au premier tour et 14,69 % au second tour contre Jacques Chirac.

En 2013, le parti revendique 900 adhérents, ce qui dépasserait le nombre de militants socialistes [2]. Pour autant, il peine à proposer quatre listes lors des municipales de 2014 [3]. Aux européennes, il est en tête dans 54,5 % des communes manchoises et parvient à présenter sous ses couleurs aux départementales de 2015, un binôme et des suppléants dans chacun des 27 cantons.

En février 2015, le Front national ouvre une permanence départementale à Cherbourg, rue François-La-Vieille [4]. Il la ferme en septembre 2018, après avoir subi une trentaine de dégradations [4].

L'élection présidentielle de 2017 marque une progression spectaculaire. Sa candidate Marine Le Pen obtient 20,51 % des suffrages au premier tour et 32,77 % au second tour contre Emmanuel Macron. Elle arrive en tête dans 194 communes sur 477 au premier tour et dans 36 communes au second tour.

Résultats électoraux

Sous la dénomination Front national

Ancien logo.

Élection présidentielle

Scores à la présidentielle (1er tour)
1974 1981 1988 1995 2002 2007 2012 2017
% 0,66 - 10,77 11,07 13,31 9,19 16,64 20,51

Le Front national n'a pas de représentant en 1981. Jean-Marie Le Pen est son candidat de 1984 à 2007 (cinq scrutins). En 2002, il est qualifié pour le second tour, où il obtient 14,69 %. Marine Le Pen est sa candidate en 2012 et 2017 où elle se qualifie pour le second tour et obtient 32,77 % des suffrages.

Élections européennes

Scores aux européennes
1979 1984 1989 1994 1999 2004 2009 2014 2019 2024
% - 6,78 7,84 7,05 4,48 9,74 6,14 26,01 23,30

Les candidats du Front national sont Jean-Marie Le Pen de 1984 à 1999, Carl Lang en 2004 et Marine Le Pen en 2009 et 2014. Le candidat du Rassemblement national est Jordan Bardella en 2019.

Élections régionales

Scores aux régionales
1986 1992 1998 2004 2010 2015 2021
% 8,41 11,04 11,50 14,12 7,32 24,54 17,08

Les candidats du Front national, dans la Manche, sont Fernand Le Rachinel en 1986, 1998 et 2004, Philippe Chapron en 2010, Jean-Jacques Noël en 2015 et Olivier Pjanic en 2021.

Élections législatives

Proportionnelle (en %)
Circonscription départementale
1986 7, 73
Scores au 1er tour (en %)
1. Saint-Lô 2. Avranches 3. Coutances 4. Valognes 5. Cherbourg
1988 11,58 4,27 6,87 9,11 7,15
1993 11,29 7,55 8,53 12,54 8,68
1997 16,63 11,38 11,33 15,57 11,24
2002 12,11 6,29 7,46 8,54 7,83
2007 6,81 2,42 3,25 3,82 3,27
2012 9,12 9,79 11,68 - 10,46

La Manche compte 5 circonscriptions de 1988 à 2007, quatre en 2012 après le redécoupage opéré en 2010.

Élections municipales

En 2008, le Front national ne présente aucune liste dans la Manche [5].

Les élections municipales de 2014 marquent l'apparition du parti au niveau local. Les listes Front national et Bleu marine remportent cinq sièges : un à Granville, deux à Bréhal et deux à Valognes [5].

En 2020, une seule liste RN est en lice dans les communes de plus de 1 000 habitants, à Auvers.

Événements

Secrétaires départementaux

Notes et références

  1. « Le Front national change officiellement de nom », Le Point, site internet, 2 juin 2018.
  2. « Saint-Lô. Dans la Manche aussi le FN grossit ses rangs », Ouest-France, 15 octobre 2013.
  3. « Municipales : le FN présent dans à peine une ville sur six », Le Monde, 12 octobre 2013.
  4. 4,0 et 4,1 « Le RN (ex-FN) va quitter sa permanence départementale », La Presse de la Manche, site internet, 23 août 2018.
  5. 5,0 et 5,1 La Manche Libre, site internet, 31 mars 2014 (lire en ligne).
  6. « M. Le Pen et “les sorciers de Ouagadougou” », Le Monde, 22 juillet 1985.
  7. Ralph Schor, « L'Extrême droite française et les immigrés en temps de crise - Années trente-années quatre vingts », Revue européenne de migrations internationales, vol. 12, n° 12-2, 1996, p. 248.
  8. Ouest-France, 24 mars 2012.
  9. Gauche unitaire Manche, site internet, consulté le 14 novembre 2019 (lire en ligne).
  10. 10,0 10,1 et 10,2 « Marine Le Pen fraîchement accueillie à Cherbourg », Ouest-France, site internet, 7 mai 2014 ; La Presse de la Manche, 8 mai 2014
  11. Olivier Faye, « Au Mont-Saint-Michel, Marine Le Pen prononce un discours aux accents identitaires », Le Monde, site internet, 27 février 2017.
  12. Marine Le Pen dans la Manche[[1]].
  13. Lucie Thuillet, « Règlements de compte et démission au Rassemblement national dans la Manche : Denis Flamand candidat malgré lui », France Bleu Cotentin, site internet, 14 juin 2021.