François Le Veneur

De Wikimanche

François Le Veneur, dit l'abbé de Tillières, mort à Valognes le 7 février 1667, est une personnalité catholique de la Manche.

Il est le fils de Tanneguy II, comte de Tillières et baron de Carrouges, et de Catherine de Bassompierre, mariés en 1608. Son père est le cousin germain de la mère de Charles Marguetel de Saint-Denis, seigneur de Saint-Évremond, fille de Jacques de Rouveille et de Diane Le Veneur ; ancien ambassadeur de Louis XIII en Angleterre pendant la mission de l'oratorien Pierre de Bérulle en 1625, il mourra en 1652.

La mère de François est la sœur de François de Bassompierre, maréchal de France.

François Le Veneur est le cadet d'une famille de huit enfants. Son précepteur est un prêtre de Normandie nommé Dulot.

François reçoit trois abbayes en commende : l'abbaye cistercienne de Fontaine-Daniel (dans la Mayenne) en 1629, l'abbaye des Grands Augustins de Fontenay-le-Comte, au diocèse de Poitiers, en 1637, et, la même année, l'abbaye prémontrée de Silly-en-Gouffern, réformée par l'oncle de François, Jean Le Veneur de Carrouges, qui entre à l'Oratoire et meurt à Nancy en 1619.

L'abbé de Tillières devient l'aumônier de Gaston d'Orléans.

En 1654, il se lie avec François de La Luthumière, fondateur du séminaire de Valognes et, avec lui, il est le bienfaiteur d’une mission prêchée pendant l'été à Réville par les prêtres de Jean Eudes.

Par la suite, l'abbé de Tillières semble s'être retiré au séminaire de Valognes, où il meurt le 7 février 1667 : il y est inhumé.

Bibliographie

  • Archives d’Utrecht, P. R., 31, pièce 2.
  • A. Grosse-Duperon et E. Gouvrion, L'abbaye de Fontaine-Daniel, Mayenne, 1896, p. 135, 227-249.
  • Paul Émard, Tartuffe, sa vie, son milieu, Paris, Droz, 1932, p. 56, 153.
  • Jean Orcibal, Les Origines du jansénisme. Jean Duvergier de Hauranne, abbé de Saint-Cyran, et son temps, Paris, Vrin, 1947, t. II, p. 338, 508.
  • Charles Berthelot du Chesnay, Les Missions de saint Jean Eudes, Paris, 1967, p. 108, 309, 350-351.
  • Saint-Simon, Mémoires, éd. Yves Coirault, Paris, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, 1983, t. III, p. 294.