François Daireaux

De Wikimanche

François Daireaux, né à Nicorps le 6 ventôse an IV et mort à Beaumont-la-Ronce (Indre-et-Loire) le 7 août 1866, est une personnalité économique de la Manche.

Issue d'une longue lignée de laboureurs de Nicorps, François Daireaux, orphelin à 10 ans [1], est d’abord clerc d’avoué à Coutances [2]. Pour quelques mois seulement car, en 1816, il embarque au Havre et émigre pour le Brésil où il se lance dans la culture du café. Il applique au café les techniques de production utilisées en Normandie avec les pommiers. Sa réussite est étonnante [1].

Il se marie à Rio de Janeiro le 4 avril 1840 avec Magdeleine Herbin (1809-1894), qui lui donne cinq enfants : Charles, Émile, Marie, Geoffroy (aussi Godefroy) et Amélie.

Il rentre à Nicorps en 1846 à la tête d'une fortune considérable qui lui permet d'acheter un appartement à Paris, un château en Touraine, une propriété dans les environs de la capitale et d’assurer une solide éducation à ses enfants, notamment Émile et Geoffroy qui vont aussi connaître un destin exceptionnel [3].

Il meurt à Beaumont-la-Ronce (Indre-et-Loire), au château de Montifray, acquis quelques années plus tôt. Il y est inhumé.

Notes et références

  1. 1,0 et 1,1 La Manche Libre, 17 décembre 2011.
  2. Dictionnaire des personnages remarquables de la Manche, tome 2, Jean-François Hamel, sous la direction de René Gautier, ISBN 2914541147.
  3. Bernard Daireaux, « L'histoire méconnue d'une famille de Nicorps », Viridovix, n° 8, mai 1990.

Lien externe