François Brière

De Wikimanche

François Brière (2015).

François Brière, né à Saint-Lô le 30 avril 1973, est une personnalité politique de la Manche, enseignant de profession.

Natif de Saint-Lô, il suit sa scolarité au collège du Bon-Sauveur, puis à l'Institut Saint-Lô à Agneaux [1] et rejoint Paris pour entrer à Sciences-Po en septembre 1991. Il suit ensuite des études à l'université Panthéon-Sorbonne puis à l'École nationale de l'administration pénitentiaire [1]. Une fois diplômé, il travaille trois ans dans le milieu carcéral notamment à la maison d'arrêt de Fresnes dans le Val de Marne [2]. Il est depuis 2001 maître de conférence à Sciences Po Paris [3].

Carrière politique

Il est élu conseiller général (divers droite) du canton de Saint-Lô-Ouest le 28 mars 2004, réélu le 27 mars 2011. Il est délégué à l'enfance et à la famille.

En 2007, il est candidat dissident sous l'étiquette Majorité présidentielle aux élections législatives dans la première circonscription de la Manche, celle de Saint-Lô, face à Philippe Gosselin (UMP) [3]. Il termine à la troisième place du scrutin avec 10,57 %.

En 1995, il est élu conseiller municipal de Saint-Lô [1]. Adjoint à la culture de François Digard, il ambitionne lors des élections municipales de 2008 le poste de premier adjoint du maire, poste qui revient à l'ancien directeur de cabinet du maire. Ayant vécu cela « comme une trahison », il entre alors en opposition au maire de Saint-Lô [4].

Il est élu en juin 2010 président du conseil de surveillance du Centre hospitalier mémorial de Saint-Lô, réélu en juin 2011, après les élections cantonales [5]. Il quittera cette fonction en 2014 [6].

Candidat aux élections municipales de 2014 à Saint-Lô, il se place en tête du premier tour avec 39,27 % et remporte facilement le second tour dans une triangulaire, avec 52,87 %, mettant en échec la liste de Pascal Baisnée soutenue par le maire sortant François Digard, arrivée en troisième position derrière la liste de gauche de Christine Le Coz. Il se présente à Saint-Lô Agglo pour la présidence mais il est battu par Gilles Quinquenel [7] tout en étant élu 1er vice-président en charge de l'aménagement de l'espace, de l'habitat et de l'urbanisme. Ce poste sera reconfirmé en 2017 avec une délégation à l'enseignement supérieur et de la recherche [8].

Candidat divers droite aux élections départementales de 2015 dans le canton de Saint-Lô 1, en binome avec Adèle Hommet-Lelièvre, ils sont élus au second tour avec 76,78 % des voix contre 23,22 % au binôme du Front national. Il est élu à la suite président du CAUE de la Manche [9]. Il ne se représente pas en 2015 [10].

Son mandat municipal est marqué en 2016 par la démission de plusieurs adjoints de son équipe dont Mathieu Johann[11] mais également de ses opposants Pascal Baisnée dès 2014 et Christine Le Coz [12]. Les réalisations marquantes du mandat seront le rachat par les collectivités du Haras national, l'organisation du départ de la deuxième étape du Tour de France 2016, la rénovation de la médiathèque, le programme de revitalisation du centre-ville [13] via un accompagnement par le dispositif national « Action cœur de ville » [14] et la construction de la nouvelle école Samuel-Beckett [15].

En 2018, François Brière annonce qu'il envisage de briguer un second mandat [16]. Battu lors des élections municipales de 2020 dans une triangulaire avec Emmanuelle Lejeune et Jean-Karl Deschamps, il reste conseiller municipal [17].

Le 31 mars 2021, François Brière annonce sa démission de son mandat d'élu communautaire à Saint-Lô Agglo pour rejoindre un grand établissement public de formation [18]. En avril, il est nommé directeur régional du conservatoire des Arts et métiers de Normandie [19].

Notes et références

  1. 1,0 1,1 et 1,2 Nicolas Denoyelle, « François Brière, un quadra maire », Ouest-France, 1er avril 2014.
  2. « François Brière, un des plus jeunes maires de la Manche », France Bleu-Cotentin, site internet, 31 mars 2014 (lire en ligne).
  3. 3,0 et 3,1 La Presse de la Manche, 26 mai 2007.
  4. « Le challenger à droite : François Brière », Ouest-France, site internet, 19 février 2013 (lire en ligne).
  5. « François Brière président du conseil de surveillance de l'hôpital de Saint-Lô », Ouest-France, site internet, 29 juin 2010 (lire en ligne).
  6. « Saint-Lô : Changement à l'hôpital, pas à Manche numérique », Ouest-France, site internet, 13 juin 2014 (lire en ligne).
  7. « Gilles Quinquenel nouveau président de l'agglomération de Saint-Lô », France 3-Normandie, site internet, 17 avril 2014 (lire en ligne).
  8. « Qui sont les nouveaux présidents de l'agglomération ? », Ouest-France, site internet, 6 janvier 2017 (lire en ligne).
  9. « François Brière élu président du Conseil d'architecture », Ouest-France, site internet, 20 juillet 2015 (lire en ligne).
  10. Pierre Hardon, « Élections départementales : François Brière ne se représentera pas », La Manche Libre, site internet, 28 avril 2021.
  11. « Crise à la mairie : François Brière s'exprime enfin », Ouest-France, site internet, 17 mars 2016 (lire en ligne).
  12. Émilie Michel, « Christine Le Coz : J'ai décidé d'arrêter », Ouest-France, 4 janvier 2018 (lire en ligne).
  13. « Nouveau centre-ville à Saint-Lô : 25 places de stationnement supprimées, d'autres créées », La Manche Libre, site internet, 23 septembre 2017 (lire en ligne) .
  14. Caroline Gaujard-Larson, « Saint-Lô : la ville sélectionnée pour une action “Cœur de ville”, Ouest-France, site internet, 29 mars 2018 (lire en ligne).
  15. Émilie Michel, « Les élèves rêvent déjà de leur nouvelle école », Ouest-France, site internet, 16 mars 2019 (lire en ligne).
  16. « Municipales 2020 à Saint-Lô : le maire François Brière a “envie de continuer” », La Manche Libre, site internet, 21 septembre 2018 (lire en ligne).
  17. « Saint-Lô : Emmanuelle Lejeune remporte la mairie, François Brière battu », France Bleu, site internet, 28 juin 2020.
  18. « Saint-Lô. François Brière démissionne de son siège à l'Agglo », La Manche-Libre, site internet, 31 mars 2021.
  19. « Normandie. L’ex-maire de Saint-Lô nouveau directeur aux Arts et métiers », Ouest-France, site internet, 23 avril 2021.

Article connexe