Fernand Prioul

De Wikimanche

Fernand Prioul né à Pouancé (Maine-et-Loire) le 20 décembre 1896, mort au camp d'Oranienburg-Sachsenhausen (Allemagne) vers le 10 mars 1945, est un résistant et déporté de la Manche.

Il est le cinquième enfant de Julien, Laurent Prioul (1854-1911) et de Marie, Adophine Quettier (1861-1941). Il se marie à Mobecq le 30 juillet 1918 à Marie, Louise, Victoire Carré (1896-1979), avec qui il a onze enfants.

Aubergiste à l'hôtel de la Croix-Blanche à La Haye-du-Puits, il est victime d'une dénonciation anonyme et arrêté à son domicile, rue docteur Callégari, le 23 mai 1942. Il est transféré dans un premier temps à la prison de Coutances, puis à celle de Saint-Lô avant de rejoindre la prison de Fresnes (Seine, aujourd'hui Val-de-Marne) d'où, le 24 juillet 1942, il est envoyé dans différents camps de déportation en Allemagne. Déporté au camp d'Oranienburg-Sachsenhausen (Allemagne) à 30 km au nord de Berlin, en 1944, il y meurt aux environs du 10 mars 1945.

Son nom figure sur la liste des déportés inscrite sur la porte de l'ancienne prison de Saint-Lô et sur le monument-aux-morts de La Haye-du-Puits.

Hommage

Il est reconnu « Mort en déportation » [1].

Notes et références

  1. « Arrêté du 3 juin 1992 portant apposition de la mention « Mort en déportation » sur les actes de décès », JO de la République Française, 25 juillet 1992, textes généraux, ministère des Anciens combattants et victimes de Guerre, p. 10050 (lire en ligne).