Ferdinand et Angélina Huault

De Wikimanche

Ferdinand (1879-1958) et Angélina (1886-1966) Huault sont des personnalités de la Manche.

Une famille juive dans la campagne carantillaise

Dans les années 1940, Ferdinand et Angélina Huault vivent à Carantilly, à la Bilhaidière, avec leurs trois enfants, Henri, Madeleine et Maurice.

Ce couple de paysans que rien ne prédestine à prendre le risque d’héberger une famille juive, sauf la charité chrétienne, précise leur fils Maurice, âgé de 20 ans à l’époque et toujours en vie, accueille, en 1942, à la demande d’un cousin, Henri Hélaine, Berthe Pipkis puis sa fille Marcelle, âgée de 7 ans, famille juive d’origine ukrainienne qui tient une boutique de confection à Saint-Lô. Le mari, Jules est déjà prisonnier en Allemagne.

Maurice se souvient qu’il est venu chercher à vélo la petite Marcelle à la gare de La Meauffe et l’a ramenée sur son porte-bagages. Les Huault dirent aux curieux qu’elles sont des parentes de Paris et les appellent Paulette et Marcelle Bertrand. Mais en raison d’un voisinage peu sûr, il est jugé préférable de les changer de lieu et des résistants de Carantilly leur trouvent une autre ferme, chez Suzanne Lerouxel à Gratot, famille originaire de Cametours.

La famille Pipkis a tenu jusqu’à la fin des années 80, un commerce réputé de prêt-à-porter à Saint-Lô.

C’est à la demande de Marcelle Pipkis, devenue Marcelle Bromberg que Ferdinand et Angélina Huault demeurant Cerisy-la-Salle reçurent, à titre posthume, le titre de Juste des Nations en 1998, à la mairie de Saint-Lô en même temps que Suzanne Lerouxel.

Source

Dictionnaire des personnages remarquables de la Manche, tome 4, sous la direction de René Gautier, ISBN 2914541562