Ernest Briens

De Wikimanche

Ernest Briens.

Ernest François Briens, né à Cérences le 13 août 1835 et mort dans la même commune le 10 août 1907 [1], est un homme politique et un écrivain de la Manche.

Biographie

Fils de François Augustin Briens, juge de paix du canton de Bréhal, originaire de Ver et d'Adelle Hortense Duchesne [2], Ernest Briens est marié à Céleste Nella Voisin née en 1836, puis en secondes noces dans le 15{e}} arrondissement de Paris, le 31 mars 1898 à Nelly Marie Anaïs Rouault de Champglin[3].

Il est conseiller municipal de Cérences à partir du 19 août 1860[2], et est maire de cette commune du 26 février 1863 à 1870 et de 1876 à 1877 [4]. Il est également conseiller d'arrondissement le 4 août 1867[2].

Après avoir échoué à ravir de siège de député au Charles Savary lors des élections législatives du 20 février 1876, il est nommé sous-préfet de Coutances le 30 décembre 1877 par le gouvernement Dufaure. Installé le 3 janvier 1878, il est ensuite nommé préfet de la Corrèze le 6 novembre 1881.

Il démissionne le 4 avril 1883 pour faire campagne pour l'élection législative partielle visant à remplacer Charles Savary, démissionnaire. Il est élu représentant la circonscription de Coutances le 6 mai. Il siège parmi les conservateurs jusqu'au 9 novembre 1885. Il est candidat sans être élu lors des Élections législatives de 1885. Il est réélu le 22 septembre 1889 et le 20 août 1893. Il siège jusqu'au 15 janvier 1894.

Il devient sénateur de la Manche le 7 janvier 1894, au décès de Émile Lenoël. Il est réélu le 3 janvier 1897 et siège jusqu'en 1906. Il est d'abord inscrit au groupe de l'Alliance républicaine progressiste. En 1899, il rallie Pierre Waldeck-Rousseau, alors président du Conseil, et soutient dès lors constamment sa politique [5]. Battu en 1906, il se retire de la vie politique nationale.

Il est conseiller général de Lessay de 1895 à 1907 [4].

Il est élu président de la Société d'horticulture de l'arrondissement de Coutances en 1893 [5]. Il est secrétaire (3 août 1869) puis président (18 septembre 1872) du comice agricole du canton de Bréhal[2].

Il écrit un roman, La Baronne d'Ostie, et, sous le pseudonyme d'Ernest Duchesne, plusieurs comédies pour le théâtre, dont Les Charmes de Suzette[5],[3].

Son fils, Léon Briens, s'est engagé également dans une carrière politique, comme préfet et élu.

Distinction

Il est fait chevalier de la Légion d'honneur le 14 août 1880[3].

Notes et références

  1. - Acte de naissance n° 59 - Page 195/826.
  2. 2,0 2,1 2,2 et 2,3 Dossier de la Légion d'honneur LH/364/48, Base Léonore
  3. 3,0 3,1 et 3,2 René Bargeton, Dictionnaire biographique des préfets (septembre 1870-mai 1982), Archives nationales, 1994.
  4. 4,0 et 4,1 « Tout sur la Manche » Revue du département de la Manche, tome 29, n° 113-114-115, 1987.
  5. 5,0 5,1 et 5,2 Jean Jolly, Dictionnaire des parlementaires français, 1960-1977.

Article connexe

Lien externe