Elle & Vire

De Wikimanche

Logo.
« Le beurre tendre ».

Elle & Vire est un groupe industriel de la Manche basé à Condé-sur-Vire.

Il est spécialisé dans les produits laitiers.

Il appartient au groupe Savencia (ex-Bongrain).

Histoire

Rondin de beurre de 250 g.

Eugène Tirard rencontra Émile Lorin et René de Tocqueville dans le but de constituer une coopérative de collecte de la crème, et nomma Auguste Grandin administrateur délégué. Durant l'été 1945, la coopérative de vente de beurre de Torigni-sur-Vire décida de prendre contact avec d'autres coopératives de collecte pour former une coopérative de collecte, de transformation et de vente de produits laitiers. Les sociétés de collecte de Canisy, Torigni-sur-Vire, Saint-Clair-sur-Elle et Saint-Lô décidèrent de se dissoudre et faciliter la création de la « société coopérative agricole beurrière des vallées d'Elle et Vire ». Sous l'impulsion d'Auguste Grandin, la coopérative vit le jour le 27 décembre 1945 lors d'une réunion de 17 délégués et sous le regard attentif de René de Tocqueville, M. Poincheval, Maître Joly et M. Justin, au château de la Belinière (ancienne mairie de Condé-sur-Vire). La coopérative avait pour objet « le ramassage, la collecte et la vente des produits laitiers et des œufs ». La coopérative commença à acheter des beurres, le 1er mars 1946. Les premiers achats ne représentèrent que 626 kilogrammes sur le marché de Saint-Lô. Dans un premier temps, les beurres étaient travaillés à la coopérative de Quettreville-sur-Sienne jusqu’à la mi-1946, avant qu'une installation provisoire d’empaquetage et de malaxage ne soit installée dans les locaux de la ferme de la Sinelière, propriété d'Auguste Grandin. Dans le même temps, le conseil d’administration avait choisi un terrain en décembre 1946 dans le but de construire une usine. Ce site était situé entre la voie de chemin de fer Condé-sur-Vire – Saint-Lô et la Vire. La décision de construction fut ratifiée par l’assemblée générale en mars 1947 et les travaux débutèrent dès le mois d’octobre 1947. L’usine commença à traiter les crèmes en juin 1948, à fabriquer les beurres pasteurisés en août 1949 alors même que l’usine n’était pas entièrement construite.

Rapidement, la coopérative compte 1500 adhérents en 1946 et 3400 en 1949. À partir de 1947, elle collecte la crème pour produire du beurre pasteurisé sous sa propre marque [1].

L'usine de Condé-sur-Vire est inaugurée le 19 novembre 1950. Quelque 4 000 petits producteurs lui apportent alors leur lait [2]

Le conseil d’administration décida de réaliser une collecte de lait à partir de 1950, d’augmenter ses capacités de pasteurisation et de diversifier ses productions (fromagerie en 1949, caséine et fabrication de poudre de lait selon le procédé Hatmaker en 1951, lait stérilisé en bouteilles en 1954, poudre de lait Spray en 1958, lait concentré en 1963…).

Auguste Grandin veut différencier le métier de la collecte de la fabrication et de la commercialisation. Avec de petites coopératives du département, il crée pour cela l'Union des beurreries de la Manche en 1954, à laquelle sont déléguées ces dernières tâches. À partir de 1958, Elle & Vire ajoute à sa gamme la fabrication de la poudre de lait [2].

La société devient en 1962 l'Union laitière normande (ULN) [1]. De nombreuses coopératives normandes s'y rallient : celles de Barneville-Carteret, Ducey et Mortain dans la Manche ; la coopérative de Bayeux dans le Calvados, Coval d'Argentan dans l'Orne. Des coopératives de Mayenne et d'Ille-et-Vilaine rejoignent également le groupe.

Le général de Gaulle, président de la République, vient visiter le 7 juillet 1960 la nouvelle usine de production de poudre de lait.

En 1965, le groupe prend le contrôle de la société Negobeureuf, presque aussi gros que lui.

En 1969, l'usine de Condé-sur-Vire emploie 1 500 ouvriers [3].

Au milieu des années 1970, l'ULN devient « le premier exportateur français de produits agroalimentaires : elle emploiera alors jusqu'à 5 000 personnes et assurera 15 % de la collecte nationale de lait [2].

En 1983, 43 000 producteurs sont affiliés à l'ULN.

En 1987, Jean Letellier, éleveur à Blainville-sur-Mer, devient président. La coopérative collecte alors plus de 250 millions de litres de lait par an [4].

En 1992, Elle & Vire est rachetée par le groupe Bongrain par le biais de sa filiale, la Compagnie laitière européenne [5]. Sa dénomination juridique devient Elvir en 1993 [5].

Elle dispose de deux sites industriels à Condé-sur-Vire (Manche) et Derval (Loire-Atlantique).

En mars 2009, elle annonce le prochain rachat de ses activités « boisson » par le groupe Agrial, principalement basées à Condé-sur-Vire.

Le 29 juin 2011, les 58 délégués (sur 60) des 1 300 producteurs de lait réunis à Condé-sur-Vire votent la fusion avec Agrial [6]. Ils lui apportent 15 millions d'euros d'actifs nets et leurs 8,3 millions d'euros de capital social, ainsi que 420 millions de litres de lait par an [6].

En 2019, du 14 juin au 31 octobre, le Musée du bocage normand présente une exposition intitulée « La saga d'Elle & Vire », qui retrace l'histoire de l'entreprise [7].

Production

« Créée en 1946, Elle & Vire produisit cette année-là 630 kg de beurre. Vingt ans plus tard, la production était passée à 70 tonnes par jour. En 1974, Elle & Vire, devenue l'ULN, traite chaque jour près de 1 500 000 litres de lait » [8]. En 2020, l'usine réceptionne {{unité|260|millions}) de litres de lait, soit Modèle:700000 par jour, dans un rayon de 50 km, et fabrique 140 000 tonnes de produits finis [9].

Bibliographie

  • Lucien Leherpeur, « Les coopératives laitières de la Manche », Norois, volume 14, n° 14, 1957, p. 257-267 (lire en ligne)
  • « Coopérative Elle-et-Vire à Condé-sur-Vire », Annuaire des cinq départements normands, congrès de Saint-Lô, 1977, pp. 3-4

Administration

Adresse : 2, route Neuve
50890 Condé-sur-Vire
Tél. 02 33 06 65 00

Notes et références

  1. 1,0 et 1,1 Jean-Pierre Peyon, « L'essor des coopératives agro-alimentaires dans les années 1970 en France », Économie rurale, 1988, volume 184, n° 184-186, pp. 123-127.
  2. 2,0 2,1 et 2,2 « Les années 50 ans la Manche », Ouest-France, sd, p. 28.
  3. Jean Quellien, Les Élections dans la Manche, éd. Ocep, 1973, p. 74.
  4. Normandie Magazine, , n° 50, été 1987.
  5. 5,0 et 5,1 Sébastien Brêteau, « Condé-sur-Vire a grandi avec l'usine Elle et Vire », Ouest-France, 4 décembre 2020.
  6. 6,0 et 6,1 François Lemarchand, « La coopérative Elle-et-Vire, c'est fini », Ouest-France, 1er juillet 2011.
  7. Cyrille Calmets, « La saga Elle & Vire s'expose au Bois-Jugan », Ouest-France, 15 juin 2019.
  8. Bernard Beck, L'Économie de la région Normandie, édition Marketing, 1975.
  9. Julien François, « Elle & Vire rayonne en France et à l'international », Ouest-France, 11février 2021.

Lien interne

Lien externe