Discussion catégorie

Discussion catégorie:Dictionnaire manchois

De Wikimanche

Pour ajouter un mot au Dictionnaire manchois.

Entrez le « Mot » dans la barre de saisie ci-dessous, puis cliquez sur le bouton « Nouveau mot ou expression ».
Une nouvelle page avec pour titre le mot étudié va s'ouvrir, pré-remplie avec le contenu du Modèle.
Il ne vous reste plus qu'à adapter le contenu (en supprimant les indications inutiles) en fonction des données à apporter.

Propositions d'améliorations

  • À terme, cette catégorie pourrait contenir plusieurs milliers d'entrées. Il faudra peut-être alors la transformer en "domaine de nom". Dans ce cas il faudrait le faire maintenant, tant qu'il y a peu de mots dans la catégorie).
  • La liste ci-dessous pourrait/devrait devenir une page à part entière. Par exemple on n'aura probablement jamais grand chose à écrire sur "barouette", sinon son équivalent évident en français contemporain. Sur ce projet de page (Glossaire manchois ?), les mots ayant une entrée dans le Dictionnaire, y aurait leur lien, et pas les autres.
  • Avec beaucoup d'huile de coude le "Modèle" pourrait devenir beaucoup plus simple à utiliser. D'ailleurs pour l'heure ce n'est pas un modèle, mais un "patron". Il ne faut par contre pas dégrader le niveau d'exigence proposé, qui évitera de lire des inepties dans le dico.
  • Il faudrait également s'inspirer de Wiktionnary et son sommaire d'aide pour apprendre à modifier une page, pour y ajouter du contenu, le corriger ou tout simplement le mettre en forme. Tout y est en gros.

Liste de mots ou expressions en attente de leur page

A

B

  • barrer
  • bedat, (fr. rég.) n. m., homme de peu, imbécile[1]. Attestation orale : béda, paysan 1970 (Tourlaville).
  • bêlin
  • bêni
  • beire ou baire[2] (fr. rég. dial.) n.m., cidre. Attestation orale : 1970 (Tourlaville)
  • beire ou baire[2] (fr. rég. dial.) v.t., boire.
  • bérouette (fr. rég.) n. f., brouette. 1856 (Normandie)[3]. Attestation orale : barouette, 1970 (Tourlaville).
  • beûchon (fr. rég. dial.) n.f. , boisson. 1854 (Normandie)[2]. Attestation orale : 1970 (Tourlaville)
  • bernique
  • bichette
  • bijude
  • bique (fr. rég.) n. f., chèvre[4]. Attestation orale : 1970 (Tourlaville).
  • boël (fr. reg. dial.) n. m., traboule. Rue Boël-Meslin. Attestation orale : bwél 1970 (Tourlaville).
  • bouiner (fr. rég.) v. t., s’affairer plus ou moins nonchalamment, passer son temps à bidouiller ou à bricoler, 2001 2004 2017 (Normandie, Bretagne, Pays de Loire, Poitou, Vendée)[5]. Attestation orale : expression : d'tchi qu'tu bouines ? (qu'est-ce que tu fais ?) J'vas bouiner dans l'cottin (je vais bricoler dans l'atelier) 1970 (Tourlaville).
  • bolaée (fr. rég. dial.) n. f., contenu d'une moque de cidre[4]. Attestation orale : bolée 1970 (Val de Saire).
  • boujou
  • brésiller , (fr. rég. dial.) v. t., mettre en pièces, écraser, pulvériser comme du bois de Brésil (?)[3] — briser, casser en morceaux[2]. Attestation orale : seulement au participe passé dans l'expression minchi bresiyi (complètement cassé), 1970 (Tourlaville).
  • busoquer (fr. reg.) v. t., être occupé à des travaux sans utilité. 1905 (Normandie), de l'ancien français besocher < besochier < besuchier, piocher.[6] — s'occuper de peu de chose, passer son temps à des riens 1862 (Normandie)[7]. Syn. bouiner. Attestation orale : D'tchi qu'tu busoques ? (qu'est ce que tu bricoles ?) 1970 (Tourlaville).

C

  • cache
  • carre
  • cabaner (fr. reg. dial.), v. int. chavirer[4]. Du français cabaner, chavirer en parlant d'un navire, une embarcation renversée, quille en l'air, pouvant servir d'abri, de cabane[8]. Attestation orale : tomber. j'm'é cabané à vélo (je suis tombé en vélo) 1970 (Tourlaville).
  • calicoco (dial.) n. m., buccin (coquillage)[4]. Attestation orale : 1970 (Tourlaville). Voir aussi ran.
  • carte (fr. reg.) n. f., employé pour cartable. Personne n'allait à l'école avec un cartable dans les années 60-70, même les instituteurs utilisaient le mot carte. Attestation orale : 1970-2000 (Normandie).
  • câoches (fr. reg., dial.) chaussette — 1854, (Normandie)[2] — bas de laine[9]. Attestation orale : cauche, chaussette, 1970 (Tourlaville).
  • câodrole (fr. dial.) n. f., chaleur[4]. — Pluie d'averse par un temps très-chaud 1856, (Saint-Lô)[3]CAUDRÉE, 1856 (Normandie ?), bouffée de chaleur — contenu d'une chaudière[3]. Attestation orale : caudrole, bouffée de chaleur (symptôme) : j'ai des caudroles 1970 (Tourlaville).
  • capé (dial.) n. m., chapeau[4]. CAPET[3].
  • capeler (fr. reg.) v. t., enfiler (un vêtement)[4]. — Attestation orale : revêtir un ciré 1970 (Tourlaville).
  • carpelouose , (dial.) n. f., chenille[4] CAIRPELOUSE1856 (Normandie)[3]. Attestation orale : Vule carpelouse, expression injurieuse (vieille chenille) 1970 (Cotentin).
  • cha pr. dém., ça ou cela[2].
  • châgner (fr. reg.) v. t., jouer à la façon de jeunes animaux, se taquiner, se disputer (douteux)[4]. — Attestation orale : v. int. ça châgne — ça va châgner : ça se bagarre, ça va se bagarrer, également utilisé comme interpellation agressive : ça va chagner, (on va se battre, je vais te donner des coups) 1970 (Tourlaville). On peut se demander s'il ne s'agit pas d'une déformation de chegni, saigner ? Ou peut-être d'une confusion : ça va chagner = ça va saigner ?
  • chasse
  • chevrette
  • chorchi (dial.) n. m.[10]CHORCHYI, sorcier[9]. Attestation orale : cheurchi, rebouteux, guérisseur 1970 (Tourlaville).
  • clapioter, (fr. reg. dial.) v. t., mourir[4]. Attestation orale : clapoter 1970 (Tourlaville).
  • cléfer
  • clenche
  • clencher
  • clenque
  • clenquer
  • clich (fr. rég. ?) n. f., dysenterie[11], — Attestation orale : cliche diarrhée 1970 (Tourlaville).
  • clos-poing (fr.reg.) n. m., crabe dont le nom savant est cancer pagurus, plus connu sous les appellations gastronomiques de tourteau ou dormeur. — CLOPOING, sorte de crabe, qui ressemble au poing clos ou fermé[3]. Attestation orale : kiopoin 1970 / 2020 (Cotentin).
  • couaée(fr. reg) n. f., multitude[4]. Attestation orale : couée, grande quantité 1970 (Tourlaville).
  • couté — couoté (fr. reg.) n. m., couteau[4]. COUTET, petit couteau[4]. Attestation orale : cout'té coutiô, couteau 1970 (Tourlaville).
  • cottin
  • crabe à laine
  • cricouis (fr. reg.) n. m. toujours utilisé au pluriel, nourriture imaginaire qu'on propose aux enfants affamés. (Normandie, Sarthe)[4][12]. Attestation orale : repas de fin de mois, et expression : cricouis à la sauce caillou, là, il n'y a vraiment plus grand-chose à manger. 1970 (Tourlaville).
  • custo.

D

E

  • égaluer
  • étralaer (s') (fr. rég. dial.) v. int., s'avachir ou tomber 2020 non localisé[4]. Attestation orale : s'étraller 1970 (Tourlaville).
  • éblaquer, (fr. reg.) v. t. écraser[2]. ÉBLAQUIE[14] Attestation orale : ébiatchi, entendu seulement au participe passé, complètement cassé. Syn. minchi, brésilly 1970, (Tourlaville).
  • épluchette
  • esbigner (s') (fr. rég. dial.) v. int., s'évader, s'esquiver[14]. Attestation orale : 1970, (Tourlaville).

F

  • fénoques, (fr. rég. dial.) n. f. débris de foin[15] (?). Attestation orale : tomber dans les fénoques, s'évanouir 1970/2000 (Tourlaville).
  • flie
  • flip (fr. rég. dial.) n. m., boisson composée d'un mélange de cidre, de sucre et d'eau de vie[14] 1881 (Val de Saire). Attestation orale : 1970 (Val de Saire).
  • foui (fr. rég. dial.) v. t., fouir, retourner la terre[4]. Attestation orale : expression tu r'viens d'foui ? (tu débarques ? Tu arrives dans une conversation sans en connaître le début ? Tu n'es pas au courant ?), 1970 (Tourlaville).

G

  • gâche (fr. rég. dial.) n. f., pain en forme de galette[4]. — 1611 (Normandie), GASCHE a cake[16] — Attestation orale : 1980 (Tourlaville), pain de deux livres (400 gr) plat et rond.
  • gambe (fr. rég. dial.) n. f., jambe[14] 1881 Val de SaireGAUMBE[4]. — Attestation orale : gambe ou gambette 1970 (Tourlaville).
  • gardin (fr. rég. dial.) n. m., jardin[4]. Attestation orale : 1970 (Tourlaville).
  • gatte (fr. rég. dial.) n. f. casserole ou récipient servant à récupérer les produits polluants à bord d'un bateau[17] — marelle (il faut peut-être comprendre : margelle ?), auge en granit[17] — Attestation orale : entendu dans gatte à mortier, auge dans laquelle on prépare le mortier, à la pelle ou à la truelle suivant la taille. 1950 / 1970 (Tourlaville).
  • gode (fr. rég. dial.) n. f., tacaud (poisson)[4]. Attestation orale : expression : avoir des yeux de gode (avoir des yeux de merlan frit) et piquer des godes (tomber de sommeil) 1970 (Tourlaville).
  • goule (fr. reg.) n. f., figure, visage[4]. Attestation orale : expression : goule chucrie (avoir la), être amateur de sucrerie, de bonbons, de gâteaux sucrés 1970 (Tourlaville).
  • gravage (fr. reg) n. m., Grève au bord de la mer (Normandie). Par métonimie débris de naufrage que la mer jette sur la côte[18] GRAVAIGE[19]. DROIT DE GRAVAGE Historiquement, en coutume de Normandie, droit seigneurial de récupérer jusqu'aux navires naufragés, avec leur cargaison, pour peu que le naufrage aie lieu sur le fief du seigneur considéré[20][21]. — ALLER À GRAVAGE récupérer les débris rejetés par la mer 1970 (Tourlaville). Littérature dialectale : À gravage - Côtis-Capel (Albert Lohier), [22]. Attestation orale : 1970 (Tourlaville Collignon).
  • Grune
  • guédaé (fr. reg.) adj., repus[23]. Attestation orale : djéd'dé ou guédé, expression : j'chus djédé, j'ai les dents du fond qui baignent[24] 1970 (Tourlaville). Entendu ailleurs : gueudé 2000 (Vendée)

H

  • horsain ou horzin (fr. rg.) n. m., étranger, à la Normandie, à la Manche, au Cotentin, au village etc. 13e siècle[25]. — Dans la littérature : Nous sommes au cœur du pays de Caux. […] Mais voilà, je ne suis pas cauchois, je n’ai pas vu le jour sur le plateau, comme ma mère. Je monte de la grande ville que j’ai quittée ce matin. Je suis un horsain : un étranger. 1988[26] — Le terme aurait inspiré Maupassant pour inventer HORLA[27]. Attestation orale : rorzin 1970 / 1990 (Tourlaville, Calvados).

I

  • ichin (dial.) adv., ici[4]. Attestation orale : 1970 (Tourlaville).
  • issin, ici.
  • illau, là. ILO[14]
  • innochent (fr. reg.) adj., stupide, idiot[4] — ou tout simplement innocent [28]. Attestation orale : expression affectueuse à destination d'un enfant qui vient de faire une sottise sans conséquence : innochent-bête 1970 (Tourlaville).

M

  • maigrache (fr. reg.) adj., décharné[4]. Dans la littérature 2005[29] — Attestation orale : maigrelet 1970 (Tourlaville).
  • mâove (dial.) n. f., mouette[4]. Dans la littérature : La Mâove[30]NEIRE MÂOVE, (mouette noire) nom d'une Goélette construite en 1991-1992, à Barneville-Carteret
  • menterie (fr. reg.) n. f., mensonge[4]. Attestation orale : 1970 (Tourlaville).
  • Mielle
  • minchi, (dial.) adj., usé, abîmé[4]. Attestation orale : expression: minchi brésilli, complétement cassé. 1970 (Tourlaville). Verbe minchir/minchiyi ?
  • moque (fr. rég.) n.f., bol ou tasse en terre cuite pour boire le cidre[4]. MOC[14] Attestation orale : 1970 (Val de Saire).
  • mucre

O

P

  • palette (fr. reg.) n. f., incisive[4]. Attestation orale : 1970 (Tourlaville, Rouen).
  • petiot (fr. reg.) n. f., petit enfant[4]. Attestation orale : 1970 (Tourlaville).
  • picot, dindon
  • paoû (fr. reg.) n. f., peur[2]POU[31] 1881 Val de Saire — Attestation orale : expression dis-y té qu'a pas pou (dis lui, toi qui n'as pas peur) 1970 (Tourlaville).
  • perque (fr. reg. dial.) n. f., mât[4] — unité de mesure (perche d'arpenteur)[4] — (Architecture) poutre de gloire : ornement d'église séparant habituellement la nef du chœur[32] — expression : église à perque (église dotée de cet ornement) 1970 (Cotentin).
  • pouque (fr. reg.) n. f., sac (Normandie)[33]POUC petit sac[34] — sac de pommes de terre. Expressions : Au plus fort la pouque : la raison du plus fort est toujours la meilleure. — Attestation orale (humoristique) : bieu-gris pouque (bleu-gris comme un sac-à-patates) nom de couleur imaginé pour les yeux gris-bleus 1970 (Tourlaville), les sacs de pomme de terre n'étant notoirement pas bleus.
  • prêchi (fr. reg) v. tr., parler[4]. PRECHIE[14]. Attestation orale : expression : C'est-y qu'tu prêches ou qu'ta l'menton qui trelotte ? (tu n'as rien de plus intéressant à dire ?) 1970 (Tourlaville); trelotter n'est pas certain peut-être qui t'grelotte.

Q

  • qu'min (fr. rég. dial.) n. m., chemin[14]. Proverbe : Rougie du sei met la mare à sé, Rougie du matin met la mare au qu'min. Attestation orale : 1970 (Tourlaville).
  • Quène (fr. reg. dial.) n. m., chêne[14] 1881 Val de Saire. Attestation orale : devant la statue de Duquesne : c'est Duquesne ? non, c'est du bronze 1970 (Rouen).
  • quéton

R

  • rache (fr. rg. dial.), hache. Attestation orale : expression : tête de rache, têtu, qui a la tête dure comme une hache 1970 (Tourlaville).
  • ran (fr. reg. dial.) n. m., buccin (coquillage)[4] — béllier[14][4] (à rapprocher de l'anglais ram ?) — Attestation orale : catégorie de flies (coquillage patelle) les plus difficiles à arracher de leur rocher[35] 2000 (Hague)
  • hannoche, (fr. reg. dial.) n. f., branche émondée[4]. Attestation orale : ranoche, tige du chou 1970 (Tourlaville).
  • redot (fr. rég. dial) n. m., cadet d'une famille[4]. Attestation orale : r'do 1970 (Tourlaville, Calvados).
  • roguu (fr. reg. dial.) adj. fort, puissant, solide[4] — Attestation orale : rodju, fort, dans tous les sens du terme 1970 (Tourlaville).

S

  • siâo, (fr. reg. dial.) n. m., seau[4]. Attestation orale : sio, 1970 (Tourlaville).
  • sôtico (fr. reg. dial.) n. m., crevette grise 1900 (Cotentin)[36]SAOTICO[14]— Attestation orale : crevette grise, mais aussi au figuré et affectueusement : idiot, innochent, par rapprochement phonétique avec sot, [-tico] devenant la marque d'un diminutif 1970 (Tourlaville).

T

  • tantôt
  • t'cheu, chez
  • tchuzène (fr. rég. dial.) n. f., cuisine. Attestation orale : : tꞓẅüẅézen[37] 1971 (Val de Saire) — tꞓüzen vas trachi un cout'té dans la tchuzène (vas chercher un couteau dans la cuisine) 1970 (Tourlaville)
  • ticle
  • toile
  • toiler
  • touzer (dial.) v. t.,tondre[14] 1881 (Val de Saire) — Voir patronymes Bitouzé, Lebitouzé — Attestation orale : uniquement au participe passé : coiffé 1970 (Tourlaville).
  • trachi (fr. rég. dial.) v. t., aller chercher[4]. TRACHIE, chercher[14] Attestation orale : d'tchi qu'tu traches ? (qu'est-ce que tu cherches ?) 1970 (Tourlaville).
  • trélu (fr. rég. dial.) n. m., tremblement nerveux[4]. Attestation orale : dans l'expression avoir le trélu, avoir le cafard. Ça m'fout l'trélu. 1970 (Tourlaville).

V

Quaund jé sis sus lé rivâge,
Byin traunquille, êt-ous coume mei ?
j'pense à ceux qui sount en viâge,
En viâge oû louen, su la mé,
En viâge, oû louen,
En viâge, oû louen, su la mé !

  • viquet (fr. rég. dial.) n. m., porte à deux battants superposés, dont on peut ouvrir le haut pour aérer en laissant le bas fermé pour que les poules ne rentrent pas dans la maison. VIQUÉ[14]. Revue : le petit viquet.

Expressions et proverbes

  • bi'n'aise, être bi'n'aise, se sentir bien.
  • Cha réd bi coume ch'est d'na (transcription très incertaine)
    (C'est bien comme ça).
  • C'est'y qu'tu prêches ou qu't'a l'menton qui t'grelotte ? (qui trelotte ?), (est-ce que tu parles ou est-ce que ton menton tremble ?). Tu n'as rien d'intéressant à dire ?
  • en p'lant d'z'œufs
    en pelant des œufs (faire quelque chose en épluchant des œufs) faire quelque chose en cachette ou dicrètement.
  • fi de tâopin !, prétendument fils de pute (douteux)[4], fils de chasseur de taupe (douteux) 1970 (Tourlaville).
  • Goutu comme des mollets d'bochu
    (ironique et surréaliste, littéralement : bon à manger comme les mollets d'un bossu, ou éventuellement les mollets d'un rouge-gorge) se dit de quelque chose qui est bon à manger.
  • Rougie du sei met la mare à sé
    Rougie du matin met la mare au quemin.

    (Ciel rouge le soir met la mare à sec
    Ciel rouge le matin met la mare au chemin.)
  • Y'a d'tché qu'oppose, ma fei d'Du,
    (Il y a quelque chose qui coince / qui ne marche pas, ma foi en Dieu).
  • Yeux de gode (avoir des), avoir des yeux de tacaud (poisson) : avoir l'air bête, avoir des yeux de merlan frit.

Peut-être aussi

  • Les noms des repas ont été transitoirement du registre du français régional, ou peut-être seulement différent en zone urbaine et à la campagne :
    • déjeuner, repas du matin. Logique : on y casse le jeûne (de la nuit).
    • dîner, repas du milieu de journée. Logique : le repas diurne.
    • souper, repas du soir. Logique encore puisqu'on y mange la soupe.

Attestation orale : 1960 (Tourlaville) quand un invité à diner est arrivé à midi.


  • bouaille (fr. rég. ?) n. f., entrailles[38], pas signalé comme régional — Attestation orale : bwaille boyau 1970 (Tourlaville).
  • ça se tire (???), toucher à sa fin. Souvent utilisé sous forme interrogative. [Ne semble pas particulièrement manchot, ni normand…]
  • creux : aller au creux, aller au fossé.
  • déguingandé adj. dégingandé (sans "u").
  • faucheux, martinet (l'oiseau migrateur, proche de l'hirondelle) qui a effectivement les ailes en forme de lame de faux. Peut-être seulement une expression familiale, pas trouvé d'attestation écrite. Attestation orale : 1970 (Tourlaville).
  • nache (fr. rég.) n. f., Attestation orale : tête 1970 (Tourlaville). très étrange, le mot est connu du CNTRL mais signifie fesse.
  • nachu (fr. rég.) adj. Attestation orale : intelligent ou têtu suivant le contexte 1970 (Tourlaville). même remarque que pour nache, fessu.
  • quéru, (fr. rég. dial.) adj., courageux[14]. Attestation orale : t'chéru 1970 (Tourlaville).
  • rédimer, économiser drastiquement. Pas trouvé d'attestation écrite. Attestation orale : 1970 se rédimer (Tourlaville).
  • tataouin (fr. reg.) n. m., baby-foot. Attestation orale : 1960-1970, Cotentin
  • tchure ou tchillie (fr. reg.) n. f., cuiller. Pas trouvé d'attestation écrite. Attestation orale : 1970 (Tourlaville).
  • vra (fr. reg.) n. m., c'est un poisson, mais on ne sait plus lequel. Pas trouvé d'attestation écrite. Attestation orale : tante Dédée mange au [petit] déjeuner un gros gras vra frit 1970 (Tourlaville)
  • zipette (fr. reg.) n. f., élingue, lance-pierre. Argot. Pas trouvé d'attestation écrite. Attestation orale : 1970 (Tourlaville). Ailleurs zipette est connu pour désigner la cocaïne !

Nom des communes de la Manche en patois normand

  • Barfleur : Barflleu (prononcé Barfieu)
  • Bricquebec : Bricbé
  • Carentan : Quérente
  • Carteret : Cartret
  • Cherbourg : Tchidbouorg
  • Coutances : Couotaunches
  • Créances : Créianches
  • Hémevez : Rhomevâ
  • La Haye-du-Puits : La Rhaye du Pits
  • Marchésieux : Marchuus
  • Millières : Millires
  • Portbail : Pourbas
  • Périers : Pris
  • Sainte-Mère-Église : Saint'-Mère

Notes et références

  1. CNRTL
  2. 2,0 2,1 2,2 2,3 2,4 2,5 2,6 et 2,7 Lepelley René. Glossaire des termes normands employés par Barbey d'Aurevilly dans L'ensorcelée . In: L'Information Grammaticale, N. 36, 1988. pp. 34-35.
  3. 3,0 3,1 3,2 3,3 3,4 3,5 et 3,6 DU BOIS, Louis (1773-1855) : Glossaire du patois normand, augmenté des deux tiers, et publié par M. Julien Travers.- Caen : Typographie A. Hardel, 1856.- XL-440 p. ; 22 cm.
  4. 4,00 4,01 4,02 4,03 4,04 4,05 4,06 4,07 4,08 4,09 4,10 4,11 4,12 4,13 4,14 4,15 4,16 4,17 4,18 4,19 4,20 4,21 4,22 4,23 4,24 4,25 4,26 4,27 4,28 4,29 4,30 4,31 4,32 4,33 4,34 4,35 4,36 4,37 4,38 4,39 4,40 4,41 et 4,42 Magene
  5. . Syn. busoquer.Wiktionnaire
  6. Thomas Antoine. Fr. élanguer, élangueur. In: Romania, tome 34 n°135, 1905. pp. 458-459.
  7. .VASNIER, Louis-François. (1802-1861) : Petit dictionnaire du patois normand en usage dans l'arrondissement de Pont-Audemer.- Rouen : A. Lebrument, 1862.- IV-72 p.
  8. CNRTL
  9. 9,0 et 9,1 La toile normande
  10. Wiktionnaire
  11. Glossaire du patois du Val de Saire, Manche, suivi de remarques grammaticales par Axel Ludwig Romdahl
  12. Archives de la Sarthe [http://archives.sarthe.fr/f/Dictionnaire/359/fiche/?&debut=0 (lire et écouter en ligne)
  13. Blog du Val d'Ouve
  14. 14,00 14,01 14,02 14,03 14,04 14,05 14,06 14,07 14,08 14,09 14,10 14,11 14,12 14,13 14,14 et 14,15 Glossaire du patois du Val de Saire, Manche, suivi de remarques grammaticales - Axel Ludwig Romdahl
  15. Le Héricher, E. (1862). Histoire et glossaire du normand: de l'anglais et de la langue francaise d'après la méthode historique, naturelle et étymologique. France: Aubry. p.329 à l'article Fein (foin)
  16. Cotgrave's 1611 Dictionary
  17. 17,0 et 17,1 Voir Magène
  18. CNRTL.
  19. Dictionnaire du Moyen Français (1330-1500).
  20. Wikipédia
  21. Mairie de Digulleville.
  22. À Gravage, poèmes, Coutances, éd. OCEP, 1965 ; rééd. Cherbourg, Université populaire normande du Cotentin, 2005.
  23. Wiktionnaire
  24. J'ai les dents du fond qui baignent, tiré d'un sketch de Guy Bedos, mélange détonnant de patois et de langage télévisé.
  25. https://fr.wiktionary.org/wiki/horsain Wiktionnaire
  26. Bernard Alexandre Le Horsain. Vivre et Survivre en pays de Caux, Terre Humaine, 1988
  27. Voir Wikipédia
  28. . Le parler populaire de Normandie, Charles Birette, Dialectes et légendes du Val de Saire.
  29. Les rustres Jacques Rouil Editions Cheminements, 2005, p.152.
  30. La Mâove, Jean Mabire, Presses de la cité, 1989.
  31. Glossaire du patois du Val de Saire, Manche, suivi de remarques grammaticales — Axel Ludwig Romdahl
  32. Wikipédia
  33. Wiktionnaire.
  34. Glossaire du patois du Val de Saire, Manche, suivi de remarques grammaticales — Axel Ludwig Romdahl
  35. Français du Canada - Français de France VI: Actes du sixième Colloque international d'Orford, Québec, du 26 au 29 septembre 2000 pp. 13 à 20 - Article de René Lepelley (lire en ligne)
  36. Charles Joret. Des suffixes normands (i)co(t) et (i)bo(t). In: Romania, tome 29 n°114, 1900. pp. 263-265.
  37. Lepelley René. Le parler normand du Val-de-Saire (Manche) : phonétique, morphologie, syntaxe, vocabulaire de la vie rurale. In: Cahier des Annales de Normandie n°7, 1974. Le parler normand du Val-de-Saire (Manche) : phonétique, morphologie, syntaxe, vocabulaire de la vie rurale. p. 141. § 391
  38. CNRTL