Naval Group

De Wikimanche

(Redirigé depuis DCNS)

Naval Group est une entreprise de la Manche basée à Cherbourg-en-Cotentin.

C'est une société de droit privé, détenue à 62,48 % par l'État et à 35 % par Thales, entreprise spécialisée dans l'armement naval.

Officiellement baptisée DCN en 2003, elle prend le nom de DCNS en avril 2007 dans le cadre de son rapprochement avec Thalès, puis celui de Naval Group en juin 2017.

Dans la Manche, la direction est implantée à l'arsenal de Cherbourg. Il est dédié à la construction de sous-marins à propulsion nucléaire (sous-marin nucléaire d'attaque (SNA) et lanceur d'engins (SNLE)) et conventionnels de classe Scorpène.

L'arsenal de Cherbourg

Le premier arsenal militaire de Cherbourg est fondé en 1793, puis remplacé en 1803 par un nouvel arsenal, au sein du port militaire voulu par Napoléon. Spécialisé dans la construction des bâtiments de surface à voile, puis à hélices, l'établissement se consacre dès 1898 à la construction de sous-marins.

voir l'article détaillé Arsenal de Cherbourg

Époque DCAN (-1991)

De l'été 1982 à l'automne 1983, une extension de 5 hectares est réalisée en gagnant sur la petite rade afin de permettre la construction du nouvel atelier « Coques », inauguré en janvier 1986 [1].

Époque DCN (1991-2007)

Le plan Joxe de programmation militaire porte un coup violent à la DCN : plus de 100 000 heures de travail en moins pour les sous-traitants en 1992, 240 emplois supprimés en 1993, et le plan de charge pour la construction de quatre sous-marins nucléaires lanceurs d'engins (SNLE) et d'un sous-marin nucléaire d'attaque (SNA) est inférieur de 30 % aux prévisions[2].

Quatre ans plus tard, la DCN est toujours sont la menace d'un plan de restructuration, alors que l'arsenal représente « 4 000 salariés, des milliers d'emplois induits, des centaines de PME sous-traitantes ; c'est aussi 1,5 milliard de francs injectés dans l'économie du nord-Cotentin, c'est le quart des recettes fiscales de la communauté urbaine de Cherbourg »[3].

Époque DCNS (2007-2017)

La production est à 70 % destinée à la Marine nationale (SNLE type Le Triomphant), et à 30 % en export (sous-marins à propulsion diesel-électrique de type Scorpène).

En 2014, 2,4 millions d’heures de travail sont consacrées au programme Barracuda, les futurs sous-marins nucléaires d'attaque [4]. Le premier de la série en cours d’intégration au chantier Laubeuf, est le Suffren.

DCNS a également pour mission de démanteler les sous-marins de la Marine nationale. La priorité est donnée à la découpe de la tranche réacteur et l'extraction du cœur nucléaire. Le reste de la coque est une déconstruction classique. En 2016, alors que le Rubis s'apprête à être démentelé, cinq sous-marins SNLE sont toujours en attente d'être déconstruits[5]. La décision de les déconstruire intervient en octobre 2016 pour démarrer en 2018 et se terminer normalement en 2027 : elle concerne Le Terrible, Le Foudroyant, L'Indomptable, Le Tonnant et L'Inflexible [6].

Époque Naval Group (2017-)

Le 28 juin 2017, DCNS change de nom et devient Naval Group.

Le 8 février 2018, Hervé Guillou, PDG de Naval Group, inaugure un bâtiment de 6 200 mètres carrés sur trois niveaux, nommé Archimède, consacré à la conception et l'ingénierie des futurs sous-marins nucléaires lanceurs d'engins de 3e génération (SNLE-3G), et pouvant accueillir 300 collaborateurs [7][8].

Le 21 février 2018, Naval Group annonce que cinq sous-marins nucléaires lanceurs d'engins retirés du service vont être déconstruits à Cherbourg-en-Cotentin à partir de septembre : Le Terrible, Le Foudroyant, L'Indomptable, Le Tonnant et L'Inflexible [9][10]. Il faudra dix-huit mois pour chaque opération, les sous-marins étant déjà dépossédés de leur réacteur nucléaire [10]. L'arsenal de Cherbourg prévoit de recycler 87 % de la masse des bâtiments [10]. Le 11 septembre 2018, Le Tonnant est échoué dans la forme 5 pour sa déconstruction [11].

Effectifs

En 2010, DCNS est le premier employeur du département avec 3 000 salariés [12], 2 200 en 2015 [13].

Anciennes dénominations

  • -1991 : DCAN (Direction des constructions et armes navales)
  • 1991-2007 : DCN (Direction des constructions navales)
  • 2007-2017 : DCNS (l'entrée de Thalès au capital de DCN ajoute un S au sigle)

Liste des directeurs

Avant la Seconde Guerre mondiale, l'Arsenal de Cherbourg comprenait deux directions bien distinctes, la Direction des constructions navales, chargée de la conception et de la fabrication des navires, et la Direction de l'artillerie navale, chargée de l'installation, l'entretien et la réparation de leur matériel d'armement.

Notes et références

  1. Bernard Cros, « Les Travaux maritimes et les ports de guerre », Pour mémoire, n° 8, été 2010, p. 55.
  2. A travers les régions, Larousse, 1993.
  3. A travers les régions, Larousse, 1997.
  4. La Presse de la Manche, site internet, consulté le 23 octobre 2014 (lire en ligne).
  5. « Le Rubis attendu début 2017 à Cherbourg », La Presse de la Manche, 2 septembre 2016.
  6. Kevin Verger, « Cinq sous-marins à déconstruire à Cherbourg », Ouest-France, 28 octobre 2016.
  7. « Un nouveau bâtiment dédié aux sous-marins à Naval Group », Ouest-France, site internet, 8 février 2018.
  8. Julien Munoz, « Naval Group prépare l'avenir », La Presse de la manche, 9 février 2018.
  9. Jean Lavalley, « Cherbourg se prépare à la déconstruction de sous-marins », La Presse de la Manche, 20 février 2018.
  10. 10,0, 10,1 et 10,2 « Début en septembre de la dépollution des sous-marins (SNLE) », AFP, 21 février 2018, 18 h 22.
  11. J. L., « La coque de l'ex-Tonnant en cours de dépeçage », La Presse de la Manche, 7 décembre 2018.
  12. ouest-france.fr [1], consulté le 21 septembre 2010.
  13. « DCNS embauche à nouveau des ouvriers. », ouest-france.fr, 3 octobre 2015 (lire en ligne)

Lien externe