Dénasalisation

De Wikimanche

La dénasalisation est un processus évolutif affectant la forme dialectale de certains mots dans la Manche.

Histoire

Il s'agit d'une évolution phonétique qui a ses racines en ancien français. Elle s'est déroulée en deux temps.

  • À partir du 13e siècle, la voyelle [o] a eu tendance à se fermer devant une nasale ([m], [n]), surtout dans les dialectes d'oïl autres que ceux d'Île-de-France. Comme elle s'était déjà nasalisée dans cette position (entre le 10e et le 12e siècle), la nasalisation s'est donc combinée avec la fermeture, et l'on a eu [o] + [n] > [ɔ̃n] > [ũn] (avec ou nasal).
  • À la fin du 16e siècle (fin du moyen français), les voyelles nasales du français se sont dénasalisées devant [n] explosif (c'est-à-dire suivi d'une autre voyelle) : ainsi, l'adjectif féminin bonne est passé de ['bɔ̃n(ə)], bon-ne (avec [o] nasal) à ['bɔn(ə)], bo-ne, qui est la prononciation actuelle. Parallèlement, [n] implosif (devant consonne, ou en finale absolue) s'est amuï après la voyelle nasale : ainsi, le masculin bon, d'abord prononcé [bɔ̃n] (avec un [n] articulé à la fin), bon-n, acquiert à la même époque sa prononciation actuelle [bɔ̃], bon. En Normandie, et particulièrement dans la Manche, certains mots contenant une voyelle nasale devant [n] implosif ont été également affectés par la dénasalisation, contrairement à l'évolution française. On a donc eu la seconde évolution [ũ(n)] (ou nasal) > [u], et, sans doute par analogie, [ɛ̃(n)] > [ɛ] ou [e]. Ainsi, l'équivalent dialectal de bon dans la Manche, un temps prononcé boun (avec ou nasal résultant de la fermeture de o nasal) s'est dénasalisé en bou dans la locution boujou « bonjour ». De même, l'équivalent du mot français enfant, qui a dû se prononcer localement [ɛ̃(n)fɑ̃], in(n)-fan, est passé à [ɛfɑ̃] ou [efɑ̃], è-fan ou é-fan [1].

La dénasalisation dans les noms de lieux de la Manche

Noms résultants d'une ancienne dénasalisation

  • Couvains : formes anciennes Conveinz, Convanis (13e-14e s.).
  • la Douve : formes anciennes Undva, Unva, Unve (8e-11e s.).

Noms ayant temporairement subi une dénasalisation

La dénasalisation dans les noms de personnes de la Manche

La dénasalisation dans le vocabulaire dialectal de la Manche

  • [ɔ̃] > [ũ] > [u] :
    • bou- (dans boujou « bonjour ») = français bon.
    • mouché = français monceau.
    • moussieu = français monsieur.
  • [ɛ̃] > [ɛ], [e] :
    • effant, éfant = français enfant.

Notes et références

  1. Cf. René Lepelley, Le Parler normand du Val de Saire (Manche) : Phonétique, Morphologie, Vocabulaire de la vie rurale, Thèse d'Etat soutenue le 6 novembre 1971, « Cahiers des Annales de Normandie », n°7, Caen, 1974, p. 9-10, § 14; l'auteur n'y considère cependant que le traitement de [o].