Charles Le Crest

De Wikimanche

Charles Le Crest, né à Cherbourg le 16 juin 1870 et mort dans la même commune le 12 janvier 1918, est une personnalité journalistique et artistique de la Manche.

Il suit ses études au lycée Victor-Grignard à Cherbourg, puis il commence des études de droit [1]. Il travaille dans les études de Me Brière et Le Blond [2]. Il devient principal clerc d'avoué [1].

Passionné par l'écriture, il s'oriente vers le journalisme [1]. Il travaille pour Le Réveil et Cherbourg-Éclair, dont il devient le rédacteur en chef [1].

Il se marie avec Jeanne Dorrée (1880-1959), sœur du peintre Émile Dorrée.

En plus du journalisme qui l'accapare pourtant beaucoup, Charles Le Crest trouve quand même le temps, à ses rares heures de loisirs, d'écrire également des revues, Cherbourg en scène, Chiron les rangs, As-tu vu l'bolide ?, Cherbourg s'amuse et une pièce de théâtre Pour l'enfant, jouée à Cherbourg, Paris et Brest (Finistère) [2]. Il est membre de la Société des auteurs et compositeurs dramatiques.

Revue Cherbourg s'amuse.

La Première Guerre mondiale lui ravit son fils aîné, caporal au 1er Régiment d'infanterie coloniale, tué en août 1914 dans les combats de Rossignol (Belgique). En réaction, il s'engage alors à 44 ans dans le 25e Régiment d'infanterie. Il est pris comme auxiliaire et devient sergent fourrier [2].

Il meurt à Cherbourg, à l'hôpital maritime, à 47 ans, emporté rapidement par une hémoptysie, compliquée par une congestion pulmonaire et la fièvre typhoïde [1].

Sa fillette Saugette, 9 ans, meurt trois jours après lui. Ses obsèques, qui ont lieu le 14 janvier, sont suivies par un millier de personnes [2].

Il est le père du journaliste Jean Le Crest (1911-1994).

Distinctions

Il est officier de l'Instruction publique.

Notes et références

  1. 1,0 1,1 1,2 1,3 et 1,4 « Mort de Charles Le Crest », Cherbourg-Éclair, 13 janvier 1918.
  2. 2,0 2,1 2,2 et 2,3 Edmond Morel, « Nécrologie : Charles Le Crest », Cherbourg-Éclair, 16 janvier 1918.