Chapelle de La Madeleine (Saint-Lô)

De Wikimanche

Chapelle de la Madeleine

La chapelle de la Madeleine est un ancien édifice catholique de la Manche, situé à Saint-Lô.

Cette chapelle est un vestige de l'ancienne maladrerie de Saint-Lô. La léproserie de la « Magdelaine », mentionnée dans le cartulaire de Notre-Dame-de-Saint-Lô en 1215 et sur une inscription en gothique carrée qui se trouve sur le porche de l’église de Saint-Georges-Montcocq, est fondée par les bourgeois de Saint-Lô, puis réunie à l’hôpital général de la ville[1].

La chapelle date du XIIIe siècle et est remaniée au XVIIe siècle[1].

Le Férage de la Madeleine abritait chaque 22 juillet « la foire Madeleine », afin de fournir des ressources à la léproserie. Elle est transférée au XVIIIe siècle sur la Place du Champ-de-Mars[1]. Dans les années 50, s'y tient encore le matin la traditionnelle “louerie” des domestiques, suivie de la foire aux bestiaux et une grande foire foraine[2].

Le 22 février 1611, par lettres patentes du roi Louis XIII et sur avis du cardinal Jacques Davy du Perron, la Madeleine est réunie à la fabrique de Notre-Dame-de-Saint-Lô. La léproserie est abandonnée au début du XVIIIe siècle et utilisée par les paroissiens tous les dimanches à la chapelle puis abandonnée définitivement, comme son cimetière, au nord, une cinquantaine d'années plus tard[1].

La chapelle est vendue à la Révolution, sans « bancs, escabots et autel » et aurait servi de magasin à fourrage et d’asile aux prêtres réfractaires. La famille Tréfeu, propriétaire en 1922, l'utilise comme dépendance agricole[1].

Délabrée, la chapelle est classée au titre des monuments historiques en 1974 et achetée en 1988 par la ville de Saint-Lô qui la restaure et la transforme en 1994 en mémorial. Le Mémorial de la Madeleine est dédié à la mémoire des soldats américains ayant libéré Saint-Lô lors de la Seconde Guerre mondiale, les 29e division d'infanterie (Blue and Gray) et 35e division d'infanterie (Santa Fé)[1].

À l'intérieur, sont présentés :

  • des photos évoquant les combats et la libération de la ville de Saint-Lô,
  • des tableaux et drapeaux offerts par les vétérans et personnalités américaines,
  • des plaques commémoratives.

Notes et références

  1. 1,0, 1,1, 1,2, 1,3, 1,4 et 1,5 Stéphane Laîné, Au coin des rues de Saint-Lô - Essai d'odonymie saint-loise, Presses universitaires de Caen, 2016.
  2. « La foire Madeleine », La Manche libre, 5 février 2009

Lien externe