Chapelle Notre-Dame-du-Port (Cherbourg)

De Wikimanche

La chapelle en ruines en 1944.

La chapelle Notre-Dame-du-Port est un ancien édifice catholique de la Manche, situé à Cherbourg.

Les plans de l'ingénieur ordinaire au Service des travaux hydrauliques de la Marine à Cherbourg, Pierre-Gustave Brosselin (1832-1909), font suite en 1856 à un premier projet roman du même et un gothique de Guillot[1]. La chapelle est construite par l'entreprise Woirhaye en style néo-gothique de 1861 à 1863, à l'intérieur de l'arsenal de Cherbourg [2]. Elle est consacrée en 1863 par l'évêque Jean-Pierre Bravard[1].

Sa façade élancée, donnant sur la rue des Casernes, est dotée d'une grande rosace. Quatre marches permettent d'accéder au portail au fronton triangulaire, surmonté d'une galerie aveugle, flanqué de quatre clochetons, et ornée d'un groupe sculpté représentant l'apparition d'une Vierge à l'enfant à des naufragés[1].

La façade vue de la rue des Casernes.

On y remarque « un bel escalier de pierre menant à la tribune, une nef unique avec un autel, des colonnettes et des fenêtres à trèfle » [2]. L'intérieur est éclairé par 17 vitraux aux couleurs vives encadrés par une colonnade adossée gothique. L'autel est réalisé en pierre de Caen. Le tabernacle reprend le dessin portail. Le buffet du coffre de l'orgue néo-Louis XV, réalisé par la maison Baldner, est modifié selon le style néo-gothique[1].

Une réplique est édifiée dans l'arsenal du port de Rio[1].

La chapelle est fermée au culte en 1903 [2] et abrite le musée des travaux hydrauliques et celui des constructions navales en 1910[1].

Elle est détruite en 1940 par la chute d'une pignon de la caserne Brière de l'Isle [2].

Une statue à la Vierge a pu être sauvée, qui se trouve à la basilique Sainte-Trinité [2].

Notes et références

  1. 1,0 1,1 1,2 1,3 1,4 et 1,5 Bruno Centorame, « Les chapelles de Cherbourg », Églises et chapelles de Cherbourg-Octeville, Art de Basse Normandie n° 130, 2004.
  2. 2,0 2,1 2,2 2,3 et 2,4 Bernard Launey, Cherbourg 1900-1975, impr. La Dépêche, 1976, p. 75.