Casino de Cherbourg (1864)

De Wikimanche

La façade.

Le casino de Cherbourg est un ancien établissement de loisirs de la Manche situé à Cherbourg.

Construit sur la plage des Mielles, il est inauguré le 15 juin 1864 par Hippolyte de Tocqueville, qui s'est rendu acquéreur des terrains en 1860 et de l'établissement des bains de mer.

La terrasse.

Il se compose d'un pavillon central encadré par deux ailes plus basses le reliant à deux pavillons latéraux, qui abritent des salles de danse, de jeu, de réunion et de lecture [1].

Il dispose également d'une belle terrasse donnant sur la mer et d'un jardin intérieur dans lequel sont organisés des concerts et même des projections de films en plein air [1].

Sa mise en service, qui attire beaucoup de monde, correspond avec le combat de la Guerre de Sécession qui oppose au large la frégate nordiste Kearsarge et la corvette sudiste Alabama le 19 juin.

L'établissement devient vite le rendez-vous « de la bourgeoisie, du monde des affaires et des touristes » [1].

L'établissement est protégé des vents d'ouest par l'Hôtel du Casino [1].

Le casino est racheté en 1901 par la Compagnie des Grands hôtels, filiale hôtelière de la Compagnie internationale des wagons-lits : on lui adjoint un hôtel de luxe.

En 1909, la compagnie maritime allemande Norddeutscher Lloyd prend des parts dans la société de l'hôtel-casino et investit 200 000 F dans la rénovation.

Il est réquisitionné au début de la Première Guerre mondiale pour servir d'hôpital. Le 27 décembre 1915, la Société des bains de mer et du casino de Cherbourg est mise sous séquestre par le tribunal civil de la Seine, dont dépend la Norddeutscher Lloyd. Il est mis en vente à Paris le 25 octobre 1921 au prix de 550 000 F.

Il rouvre en 1925.

Il est de nouveau réquisitionné au début de la Seconde Guerre mondiale.

Il est détruit le 3 juin 1943 par les forces d'occupation allemandes car il est dans le champ de tir de leurs batteries [2].

Notes et références

  1. 1,0 1,1 1,2 et 1,3 Bernard Launey, Cherbourg 1900-1975, Impr. La Dépêche, Cherbourg, 1976, p. 29-30.
  2. « “Les soldats se sont installés dans les meubles des propriétaires” Léo, 2 février 1944 », AD50, Histoire et documents (lire en ligne).

Liens internes