Breuville

De Wikimanche

Breuville est une commune du département de la Manche.

Commune de Breuville Coordonnées géographiques de la mairie Logo-Mairie.png
49° 32' 12.00" N, 1° 40' 20.16" W (OSM)
Arrondissement Cherbourg-Octeville
Chargement de la carte...
Canton Bricquebec
Ancien canton Bricquebec
Intercommunalité CA du Cotentin
Gentilé Breuvillais(es)
Population 421 hab. (2016)
Superficie 8,41 km²
Densité 50 hab./km2
Altitude 58 m (mini) - 138 m (maxi)
Code postal 50260
N° INSEE 50079
Maire Germaine Lahaye
Communes limitrophes de Breuville
Bricqueboscq Couville Saint-Martin-le-Gréard
Bricqueboscq Breuville Brix
Bricqueboscq,
Rauville-la-Bigot
Rauville-la-Bigot Rauville-la-Bigot

L'église Saint-Pierre.
L'église Saint-Pierre.


Toponymie

Attestations anciennes

☞ Nous avons écarté de cette liste deux formes anciennes douteuses :
  • Bojorodevilla 998/1008 [25]. Celle-ci est rattachée à Breuville par Adigard des Gautries [26] et Marie Fauroux [25], mais sa forme est difficilement compatible avec les autres attestations anciennes. Sans doute s'agit-il d'un autre toponyme, non identifié.
  • Broevilla 1198 [27]. Il n'est pas certain que cette forme se rapporte à Breuville, et serait peut-être à identifier à Brosville dans l'Eure (Broovilla ~1190). En outre, elle ferait apparaître très tôt (12e s.) une forme contractée Broe- qui ne se manifeste ensuite que beaucoup plus tard (16e s.).

Étymologie

Toponyme médiéval en -ville (élément issu du gallo-roman VILLA « domaine rural »). Le premier élément est un anthroponyme dont l'identification est considérée comme problématique.

  • Albert Dauzat [28], qui avait admis la forme Bojorodevilla, avait en son temps proposé le choix entre deux noms de personnes germaniques : °Boiohrod (non attesté, convenant à Bojorodevilla mais pas aux autres formes anciennes de Breuville) et Berulf, qui conviendrait à Breuville si l'on n'avait pas aujourd'hui connaissances de attestations du 12e au 14e siècle, difficilement compatibles avec ce dernier nom.
  • Marie-Thérèse Morlet ne fait pas figurer ce toponyme dans son ouvrage consacré aux noms de personnes latins et germaniques dans les noms de lieux [29], rattachant implicitement son premier élément aux noms d'origine scandinave ou de nature incertaine. Il en va de même pour François de Beaurepaire [1], pour qui cet élément reste indéterminé. Il est fidèlement suivi en cela par René Lepelley [30].
  • Enfin, Enest Nègre, qui rejette lui aussi la forme Bojorodevilla, propose « peut-être [un] nom de personne germanique (qui serait aussi norrois) [31] Boroaldus ou Borelles [sic: lire Borellus] » [32]. Ces deux noms sont effectivement attestés par Marie-Thérèse Morlet [33], et pourraient à la rigueur convenir, mais jurent un peu avec les formes Beurreelvilla (12e s.) et Buerreuvilla (1238), où l'on a bien l'impression qu'il y a une diphtongue dans la syllabe initiale. Il s'agirait alors d'une diphtongue de coalescence résultant de la vocalisation d'un ancien [l] devant consonne, puisque la syllabe n'est pas accentuée. De plus, on a systématiquement deux r dans les formes anciennes, du 12e au 15e siècle, ce qui cadre mal avec le r unique des étymons proposés : il faudrait supposer, soit deux [r] étymologiques, soit l'assimilation d'une consonne (laquelle ?) au [r] suivant.

En définitive, aucune hypothèse n'apparaît comme satisfaisante. Pour rendre compte au mieux des formes anciennes, il faudrait poser un anthroponyme germanique non attesté, ce qui est toujours la moins bonne des solutions, d'un point de vue méthodologique : on crée en effet une solution ad hoc, qui n'a d'autre justification que la volonté de trouver une explication à tout prix. Nous nous abstiendrons de le faire ici.

Géographie

Histoire

Démographie

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793.
À partir du 21e siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[34]. En 2016, la commune comptait 421 habitants.

           Évolution de la population depuis 1793  [modifier] (Sources : Cassini [35] et INSEE [36])
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
444 409 479 456 513 516 523 489 503 440
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
454 452 452 445 455 410 407 379 395 361
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
362 319 281 270 273 290 276 266 238 221
1982 1990 1999 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011
292 361 351 376 386 387 384 381 378 378
2012 2013 2014 2015 2016 - - - - -
380 394 408 422 421
Notes : De 1962 à 1999 : Population sans doubles comptes. Depuis 2006 : Population municipale.
Sources :
Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[37] puis INSEE à partir de 2004.


Administration

Circonscriptions administratives avant la Révolution

Circonscriptions administratives depuis la Révolution

Les maires

Liste des maires
Période Identité Parti Qualité Observations
1792-1800 Jean Tesson
1800-1816 Jean Pierre Bonnissent Deslongchamps laboureur
1816-1826 François Hébert Durocher
1826-1845 Pierre Bienaimé Bonnissent Desvallées cultivateur
1847-1848 Jean Pierre Laniepce
1848-1853 Guillaume Augustin Feuardent cultivateur
1853-1857 Pierre Lesauvage
1857-1862 Jean Pierre Auguste Bienaimé Bonnissent Deslongchamps cultivateur
1862-1865 Célestin Haineville cultivateur
1866-1888 Jean Pierre Auguste Bienaimé Bonnissent Deslongchamps cultivateur
1889-1898 Jules Lemarinel propriétaire
1898-1901 Jean Pierre Guillaume Jeanne cultivateur
1901-1903 Jacques Hamel Dumilly
1904-1907 Jean François Néel
1907-1932 Pierre Louis Auguste Leboisselier
1932-1932 Alphonse Jourdan
1932-1945 Gaston Paul Henri Bonnissent cultivateur
1945-1963 Edmond Paul Alphonse Jourdan cultivateur
1963-1971 Augustin Joseph Léonard Eustace
1972-1977 Louis Brisset
1977-2008 Bernard Jourdan agriculteur
2008-actuel Germaine Lahaye agricultrice
Sources : Étude sur les maires du canton de Bricquebec [38]


Mairie

Horaires d'ouverture
Jours Matin Après-midi Coordonnées de la mairie (Pour envoyer un mail et signaler une erreur cliquez ici)
Lundi - -
La mairie (2012).

La mairie (2012).

Adresse : Le Hameau de l'Église
50260 Breuville

Tél./Fax : 02 33 04 42 13
Courriel : Contacter la mairie
Site internet : Pas de site officiel
Commentaire :
Source : Annuaire Service-Public (27 mai 2012)

Mardi - -
Mercredi 10 h 30 - 12 h 30 -
Jeudi - -
Vendredi - 14 h - 16 h
Samedi - -


Religion

Circonscriptions ecclésiastiques avant la Révolution

Patronage

  • Dédicace de l'église paroissiale : Saint-Pierre.
  • Patron (présentation) : patron laïc, le seigneur du lieu; Robert Bertran en 1332.
  • Fête patronale : ?

Circonscriptions ecclésiastiques actuelles

Lieux et monuments

Fonts-baptismaux (12e s.)
  • Église Saint-Pierre (13e) avec narthex. Cuve baptismale remarquable (12e) à décor de palmettes (Monument historique).
  • Menhir : restes disparus.
  • Roque de Breuville, avec sa caverne dite « la Chambre aux fées », « la Chambre au loup » ou « la Chambre au capucin ».
  • Manoir de Breuville
  • Le Boscq
  • Le Lieu Bélier
  • Les Conteries
  • Hameau ès Jeannes
  • La Sauvagerie
  • Bois de la Vente

Personnalités liées à la commune

Naissances

Décès

Transports

Notes et références

  1. 1,0 1,1 1,2 1,3 1,4 1,5 1,6 1,7 et 1,8 François de Beaurepaire, Les noms de communes et anciennes paroisses de la Manche, Picard, Paris, 1986, p. 87.
  2. Pouillé du Diocèse de Coutances, 1332, in Auguste Longnon, Pouillés de la Province de Rouen, Recueil des Historiens de France, Paris, 1903, p. 313D.
  3. Compte du Diocèse de Coutances, pour l’année 1351 ou 1352, in Auguste Longnon, Pouillés de la Province de Rouen, Recueil des Historiens de France, Paris, 1903, p. 376F.
  4. Eugène Robillard de Beaurepaire et le Comte Auguste de Blangy, Le Journal du Sire de Gouberville (t. I), Mémoires de la Société des Antiquaires de Normandie XXXI, Caen, 1892, p. 271.
  5. Eugène Robillard de Beaurepaire et le Comte Auguste de Blangy, Le Journal du Sire de Gouberville (t. II), Mémoires de la Société des Antiquaires de Normandie XXXII, Caen, 1895, p. 548.
  6. Jean Bigot sieur de Sommesnil, État des paroisses des élections de Normandie, 1612/1636 [BN, ms. fr. 4620].
  7. Roles par généralités et élections des paroisses de France et de leur imposition aux tailles, 1677 [BN, cinq cents Colbert, ms. 261 f° 229 à 275].
  8. Dénombrement des généralités de 1713 [BN, ms. fr. 11385, f° 1 à 132].
  9. Guillaume de l'Isle, Carte de Normandie, Paris, 1716.
  10. Bernard Jaillot, Le Gouvernement général de Normandie divisée en ses trois généralitez, Paris, 1719.
  11. G. Robert de Vaugondy, Carte du gouvernement de Normandie, Paris, 1758.
  12. Carte de Cassini.
  13. Site Cassini.
  14. Bulletin des lois de la République française, Imprimerie Nationale, Paris.
  15. Dictionnaire universel, géographique, statistique, historique et politique de la France, impr. Baudouin, libr. Laporte, vol. I (A-CNO), an XIII (1804), p. 458b.
  16. Louis Du Bois, Itinéraire descriptif, historique et monumental des cinq départements de la Normandie, Mancel, Caen, 1828, p. 406.
  17. Annuaire de la Manche (1829), Statistique de l'arrondissement de Valognes, p. 165.
  18. V. Lavasseur, Atlas National Illustré des 86 départements et des possessions de la France, A. Combette éditeur, Paris, 1854.
  19. Cartes d’État-Major (relevés de 1825 à 1866, mises à jour jusqu’à 1889).
  20. Auguste Longnon, Pouillés de la Province de Rouen, Recueil des Historiens de France, Paris, 1903.
  21. Atlas de Normandie, Caen, 1962.
  22. Anne Vallez, Pierre Gouhier, Jean-Marie Vallez, Atlas Historique de Normandie II (économie, institutions, comportements), Université de Caen, Caen, 1972.
  23. Annuaire officiel des abonnés au téléphone.
  24. Carte IGN au 1 : 25 000.
  25. 25,0 et 25,1 Marie Fauroux, Recueil des actes des ducs de Normandie (911-1066), Mémoire de la Société des Antiquaires de Normandie XXXVI, Caen, 1961, p. 85, § 11.
  26. Jean Adigard des Gautries & Fernand Lechanteur, « Les noms de communes de Normandie », in Annales de Normandie XI-XIX (1961-1969)
  27. Léchaudé D’Anisy et Antoine Charma, Magni Rotuli Scaccariæ Normanniæ sub regibus Angliæ, pars secunda, Mémoire de la Société des Antiquaires de Normandie XVI, 2e série, 6e volume, Paris, 1852, p. 76a.
  28. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Larousse, Paris, 1963, rééd. Guénégaud, avec supplément de Marie-Thérèse Morlet, p. 115a.
  29. Marie-Thérèse Morlet, Les noms de personnes sur le territoire de l’ancienne Gaule du VIe au XIIe siècle, Paris, CNRS, t. III (les noms de personnes contenus dans les noms de lieux), 1985.
  30. René Lepelley, Dictionnaire étymologique des noms de communes de Normandie, Caen, Presses Universitaires de Caen / Condé-sur-Noireau, Éditions Charles Corlet, 1993, p. 79a.
  31. Ceci est hypothétique; on ne voit pas très bien à quel(s) nom(s) scandinave(s) l'auteur fait ici allusion.
  32. Ernest Nègre, Toponymie Générale de la France, Droz, Genève, t. II, 1991, p. 1021, § 18391.
  33. Marie-Thérèse Morlet, Les noms de personnes sur le territoire de l’ancienne Gaule du VIe au XIIe siècle, Paris, CNRS, t. I (les noms issus du germanique continental et les créations gallo-germaniques), 1968, p. 62a. Le premier représente la forme latinisée de Burwald, combinaison des éléments bur- « habitation » et -wald « puissance »; le second correspond à un dérivé diminutif germanique en -il de Buro, hypocoristique des noms dont le premier élément est bur-, rhabillé en diminutif roman en -el.
  34. Au début du 21e siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  35. Population avant le recensement de 1962.
  36. INSEE : Population depuis le recensement de 1962.
  37. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  38. Jacques Blin, étude sur les maires du canton de Bricquebec à partir des registres d'état civil.