Boscq

De Wikimanche

Ancien lavoir sur le Bosq, Cours Jonville

Le Boscq est une rivière côtière de la Manche. Elle prend sa source après Saint-Jean-des-Champs et se jette dans la mer à Granville. Elle est longue d'une vingtaine de kilomètres.

Le nom du Boscq est employé depuis 1947 comme déterminant de celui de la commune d'Anctoville-sur-Boscq.

Hydronymie

Granville-lavoir1.JPG

Attestations directes

  • R[iviere] du Bosq 1689 [1].
  • Bosq ~1700 [2].
  • Bois fl. 1720 [3].
  • R[iviere] du Bosq 1757 [4], 1753/1785 [5].
  • le ruisseau du Bosc 1804 [6].
  • le Boscq 1880 [7].
  • R[uisse]au du Boscq 2007 [8].

Attestations indirectes

Elles concernent le hameau du Boscq scindé en deux agglomérations distinctes à Coudeville-sur-Mer et Longueville, et près desquelles passe ce cours d'eau. Sur ce dernier, entre les deux hameaux, se trouve le Moulin du Boscq.

  • la Bretonniere du Boscq; M[oul]in du Boscq 1753/1785 [9].
  • le Bosq 1835/1845 [10].
  • le Boscq 2007 [11].

Étymologie

Le nom de la rivière provient évidemment de celui du hameau du Boscq. Ce dernier représente une ancienne forme dialectale de bois, qui ne survit localement qu'en toponymie.

Histoire

Dans sa partie basse, le Boscq traversait une zone marécageuse avant de se jeter au fond d'une anse sableuse à l'origine du port. Il est canalisé au début du 19e siècle, bordé de lavoirs publics jusqu'à sa couverture en 1922.[12]Depuis, le Boscq traverse le centre-ville par une canalisation souterraine, à partir du moulin de Choisel, avant de se déverser en mer. Après avoir traversé le Val-ès-Fleurs, il coule notamment sous le cours Jonville, la rue Lecampion et la rue du Port.

En 2010, pour un coût de 3 millions d'euros, la construction d'une porte à flot, située derrière la forme de radoub, et d'un poste de crue doit mettre fin aux inondations de centre ville lors des grandes marées. La porte à flot empêche les eaux de la mer de remonter dans le Boscq. En période de fortes pluies, le poste de crue doit pomper les eaux du Boscq pour les rejeter dans la mer, derrière la porte.[13]

Notes et références

  1. G. Mariette de La Pagerie, cartographe, Unelli, seu Veneli. Diocese de Coutances, divisé en ses quatre archidiaconés, et vint-deux doiennés ruraux avec les Isles de Iersay, Grenesey, Cers, Herms, Aurigny etc., chez N. Langlois, Paris, 1689 [BNF, collection d'Anville, cote 00261 I-IV].
  2. Gerard Valk, Normannia Ducatus, tum Superior ad Ortum, tum Inferior ad Occasum, Praefectura Generalis […] Anglici Caesarea sive Jarsey…, Amsterdam, ~1700.
  3. Jean-Baptiste Homann, Tabula Ducatus Britanniæ Gallis / le Gouvernem[en]t General de Bretagne, Nuremberg, 1720.
  4. L. Brion de la Tour, Recueil des Côtes Maritimes de France, Desnos, Paris, 1757, carte n° 13.
  5. Carte de Cassini.
  6. Dictionnaire universel, géographique, statistique, historique et politique de la France, impr. Baudouin, libr. Laporte, vol. I (A-CNO), an XIII (1804), p. 61b.
  7. Adolphe Joanne, Géographie du département de la Manche, Hachette, Paris, 1880.
  8. Carte IGN au 1 : 25.000.
  9. Carte de Cassini.
  10. cartes d’État-Major (relevés de 1820 à 1866, mises à jour jusqu’à 1889; Basse-Normandie cartographiée entre 1835 et 1845).
  11. Carte IGN au 1 : 25.000.
  12. Edmond Finck, « L'agglomération granvillaise», Norois, n°2, avril-juin 1964. p. 171-181
  13. « Poste de crue : un chantier impressionnant », Ouest-France, 12 juin 2010