Blonde de Barfleur

De Wikimanche

La blonde de Barfleur est une variété de moule sauvage de la Manche.

Elle doit son nom aux « reflets dorés » que l'on constate sur sa coquille [1].

Il existe quatre gisements principaux, situés entre la pointe de Barfleur et la pointe de Saire : Barfleur (le plus important), Montfarville, Réville et Ravenoville [2]. Un autre est situé près de la baie des Veys, au large de Grandcamp (Calvados). L'ensemble forme le plus gros gisement de moules sauvages en France [3].

Autrefois récoltée à pied lors des grandes marées [3], elle se pêche depuis les années 1970 [3], au filet, avec de petits bateaux spécialement équipés pour le dragage de fond [4].

Une sortie dure environ 6 heures. Chaque filet peut remonter jusqu'à 700 kg de moules [2]. Elles sont lavées à l'eau de mer et triées à la main à bord, puis plongées dans un bassin de désensable à terre, et expédiées aux revendeurs moins de 36 heures après leur pêche[3].

Le Val de Saire compte 64 navires autorisés à pratiquer cette pêche qui récolte entre 2 000 et 9 000 tonnes selon les années [5].

La réglementation en vigueur fixe des quotas de pêche qui varie selon les ressources estimées chaque année. Une taille minimale de 4 cm et un taux de chair d'au minimum 23 % sont également requis[3]. En 2016 et 2017, la pêche est interdite.

Pêchée de juin à octobre, à l'exception des samedis et dimanches, la « blonde de Barfleur » est à son meilleur entre fin juin et fin septembre [4].

Depuis 2001, le label Normandie Fraîcheur Mer garantit des gisements naturels, la qualité, la fraîcheur et la traçabilité[3].

Notes et références

  1. Xavier Oriot, « Sur l' “Enzo”, la moule de Barfleur pêchée à la drague », Ouest-France, 19-20 juillet 2014.
  2. 2,0 et 2,1 Barfleur, guide touristique, Office de tourisme de Barfleur, 2010, p. 27.
  3. 3,0 3,1 3,2 3,3 3,4 et 3,5 « Moule de Barfleur : les saveurs du large », Manche Mag’, n° 38, juillet-août 2013.
  4. 4,0 et 4,1 « Les dragueurs de blondes », Détours en France, n° 143, mai 2010.
  5. « La blonde Barfleur est belle... mais rare », Tendance Ouest, site internet, 27 juin 2013 (lire en ligne).

Articles connexes