Actions

Bezer

De Wikimanche

Dictionnaire manchois
Bezer

Bondir, mugir, courir.
Aide — Cette page est une entrée du dictionnaire manchois.

Bezer, (dial.), v. tr. : bondir, mugir, courir ; ne s'emploie que pour les animaux tourmentés par les mouches.
Graphie normalisée : à déterminer.

Répartition géographique

Probablement Normandie entière, mais pour la Manche, trouvé une seule attestation à Hauteville-sur-Mer.

Attestations écrites

Dans les glossaires et dictionnaires

Dans l'ordre chronologique.

  • bezer, 1611, non localisé : « A cow to run up and downe, holding up her taile, when the brizze doth sting her » (Une vache qui court de haut en bas, levant la queue, quand le [brizze ?] la pique) [1].
    • bezet, 1611, non localisé : « Aller à Sainct Bezet. to trot, gad, runne, or wander up and downe, like one that hath a brizze in his tayle » (trotter, [gad ?], courir ou errer de haut en bas, comme celui qui a un [brizze ?] dans sa queue [1]. Voir ci dessous la même expression
  • bèzer, 1841, Saint-Lois : « bondir, mugir, courir. Il ne s'emploie plus guère que pour les animaux tourmentés par les mouches » [2].
  • bezer, 1849, non localisé : « changer de place, aller et venir ; il se dit surtout des vaches qui courent ça et là, quand elles sont piquées par les mouches » [3].
  • beser, bezer, 1887, Normandie : « courir ça et là, en parlant des vaches […] se trouve dans le dictionnaire de Cotgrave […] Ménage dans son dictionnaire étymologique dit que ce verbe est normand » [4]. Exemple donné : « "aller à saint Bezet ou Trottet" était une locution de l'ancienne langue, qui signifiait courir comme une vache harcelée par les mouches. Notre verbe a un fréquentatif besiner que l'on prononce b'siner ».
  • bezer, 1911, canton de Percy : « pendant les chaleurs orageuses, certaines grosses mouches, les taons, par leur bourdonnement et leurs piqûres, excitent le bétail, lui font perdre la tête et il se met à courir follement autour du champ, la queue en l'air, sans savoir où il va ; on dit les vaches bèzent. - A rapprocher du mot anglais to buzz prononcé beuze, bourdonner ; et de bee's fear, crainte, peur, frayeur des abeilles » [5].
  • bezer, 1923, Hauteville-sur-Mer : « verbe s'appliquant au bétail harcelé par les mouches au point de rompre ses liens et de s'enfuir dans toutes directions » [6].

Attestations orales

Pas encore d'attestation orale.

Autres remarques

Ressemble étrangement à l'actuel buzzer.

Notes et références

  1. 1,0 et 1,1 [1611 Cotgrave] (en) Randle Cotgrave, A Dictionarie of the French and English Tongues, Londres, Adam Islip, , non paginé (lire en ligne).
  2. [1841 Houël] Ephrem Houël, Glossaire adressé au capitaine Lamarche, .
  3. [1849 Duméril] Édélestand et Alfred Duméril, Dictionnaire du patois normand, Caen, (lire en ligne), p. 36.
  4. [1887 Moisy] Henri Moisy, Dictionnaire de patois normand, Caen, H. Delesques, (lire en ligne), p. 66.
  5. [1911 Beaucoudrey] Raymond Ganne de Beaucoudrey, Le langage normand au début du XXe siècle noté sur place dans le canton de Percy (Manche), Paris, Picard, , p. 81.
  6. [1923 Lemesle] Gabriel Lemesle, Le passé d'une commune française : Notes recueillies et classées jusqu'en 1914 sur Hauteville-sur-Mer (Manche), (lire en ligne), p. 298.