Batterie de l'Onglet

De Wikimanche

Gros plan.
Vue générale.
La batterie, la statue de Napoléon et la station des hydravions.

La batterie ou vigie de l'Onglet ou Longlet, est un ancien bâtiment militaire de Cherbourg.

La construction d'une batterie est décidée en 1693 suite à la bataille de la Hougue et à la destruction des trois navires de l'amiral de Tourville dans la baie de Cherbourg[1].

Constituée d'une levée de terre, elle « a six embrasures de gazon pour battre la rade, garnie de six canons tandis que cinq hommes de la coste assure la garde », selon un rapport de 1708. Trente-cinq ans plus tard, c'est une « batterie à barbette, revêtue de maçonnerie » sous la plume de Pierre-Jean de Caux[1].

Le 7 août 1758, elle maintient au large, sous son feu, les Anglais qui débarquent le lendemain à Urville et ravagent Cherbourg[1].

Mais cette défense côtière devient inutile au XIXe siècle avec la fortification progressive de la rade de Cherbourg, et devient sémaphore. Des murs en schiste sont construits pour protéger les installations sémaphoriques[1].

En 1908, la vigie est transférée au fort du Homet[1].

Les Allemands dotent la batterie de l'Onglet d'une pièce de DCA, puis elle accueille en 1964 l'École de formation technique de l'arsenal de Cherbourg[1].

Désaffectée, elle est aujourd'hui le siège de la Station nautique Cherbourg-Hague[1].

Notes et références

  1. 1,0 1,1 1,2 1,3 1,4 1,5 et 1,6 Frédéric Patard et Gérard Léonard, Le Guide du Promeneur, Cherbourg-Octeville, Équeurdreville-Hainneville, La Glacerie, Querqueville, Tourlaville, Isoète, Cherbourg-Octeville, 2007.

Lien interne

Lien externe

Localisation : 49°38′39.68″N 1°37′35.08″W / 49.6443556, -1.6264111