Auguste Poutas-Larue

De Wikimanche

Auguste Poutas-Larue est une personnalité politique de la Manche, avocat de profession.

Il est maire radical-socialiste de Valognes de 1919 à 1941.

Il est candidat malchanceux aux élections législatives de 1924 sur la liste des Républicains de la Manche [1].

Il est président de la Société de secours mutuels[2].

Président d'honneur de l'association sportive valognaise, il est à l'origine du projet du stade de Valognes[3].

Il démissionne de ses fonctions de maire le 19 septembre 1940, en restant membre du conseil municipal[4]. Le conseil élit Raymond Le Révérend, directeur du journal L'Union, ce dernier n'accepte que comme « intéri-maire » ; le conseiller Louis Delarue prend la place, mais démissionne, avec tout le conseil en février 1941[4], date à laquelle le préfet Gaston Mumber nomme Henri Cornat.

C'est un anticlérical notoire dont l'enterrement civil a suscité une forte polémique dans le milieu des « bienpensants » valognais[4].

Notes et références

  1. « Élections législatives », L'Ouest-Éclair, 14 mai 1924 (lire en ligne)
  2. L'Ouest-Éclair, 28 février 1925.
  3. « Assemblée générale de l'association sportive valognaise », L'Ouest-Éclair, 22 mai 1931
  4. 4,0 4,1 et 4,2 Pierre Mouchel, C'est le pays qui m'a donné le jour, éd. du Panthéon 2016 (lire en ligne)