Art urbain dans la Manche

De Wikimanche

Sur les restes d'Aquatour à Pirou-Plage.

L'art urbain ou street art, est une forme d'expression artistique contemporaine présente dans la Manche.

Il est issu du graffiti sauvage, volontiers « anarchique » et tribal, sévissant de façon illégale dans les années 1980. Il est soumis à la répression pour vandalisme dans les années 1990 et évolue dans les années 2000 en cherchant à plaire au plus grand nombre [1].

Les œuvres sont réalisées dans l'espace public. Des communes s'ouvrent aux artistes urbains et mettent à leur disposition des murs entiers, allant jusqu'à passer commande pour des œuvres monumentales. Les supports sont variés, des graffeurs originaires de la Manche se sont fait un nom. Cette pratique est courante dans le département depuis la fin des années 1990 [2].

Supports

Où voir du street art dans la Manche

Rue des Fossés (Cherbourg)
Fresque australienne sur le mur du commissariat
Lande Saint-Gabriel (Tourlaville)
Batterie du Brulay (Fermanville)
  • « Le Mur », situé près du centre culturel Quasar, recouvert régulièrement par des artistes invités par l’association 3Angles (E.T. en 2018).
  • sept murs d'expression libre à disposition de tous les graffeurs [3]
  • Spider-Man, par Blesea, sur le mur d'escalade du parc de la Fauconnière [4]
  • coque d'un bateau basé quai de France
  • plots de trottoir graffés (R2-D2, rue Grande-Rue)
  • dans la cité coloniale (disparus lors de sa destruction en 2017)
  • mur situé face au bar Le Kraken, rue des Fossés
  • Espace sport nature lande Saint-Gabriel : graffitis et, début 2018, un blockhaus redécoré en prison par Baby.K [5]
  • Fresque australienne sur le mur du commissariat, quai de l'Entrepôt réalisée par deux graffeurs australiens, Jimmy C et Elizabeth Close en mai 2019.
  • Requin sur un hangar des anciens "Chantiers navals Bellot" en 2019.
  • Siouville-Hague : sur un blockhaus, Cyrille Corlays, alias Näutil avait dessiné un œil géant qu'il a progressivement refermé, pour le remplacer par une tête d'éléphant
  • Urville-Nacqueville : Dark Vador sur un blockhaus de la plage [4]

Graffeurs

  • Baby.K (originaire de Cherbourg)
  • Blesea (né en 1985 à Cherbourg)
  • Chabert 4 (de Granville)
  • Darkelixioner (de Caen, Calvados)
  • Bruno Dufour-Coppolani (originaire de Périers)
  • Miosche
  • Näutil (Cyrille Corlays)
  • Perso (de Granville)
  • Seb Toussaint
  • Sham (Simon Chatelais, de Coutances) [10]
  • SP38 (Sylvain Périer originaire de Coutances)[11]
  • Sismikazot (tandem Sismik et Azot)

Associations

  • Mogab Productions vise à promouvoir la culture du graffiti à Cherbourg et dans le Nord-Cotentin au travers de vidéos
  • Cherbourg Fait le Mur

Bibliographie

  • Pod'Lapin, Sur les murs de Granville, éd. Noctis Labyrintus (autoédition), 2014

Notes et références

  1. « Graffiti, street art, muralisme... Et si on arrêtait de tout mélanger ? », Nouvel Obs site internet, 6 novembre 2013 (lire en ligne).
  2. Kevin Verger, « Graff: une scène dynamique dans le Cotentin », Ouest-France, 15 août 2017.
  3. « Cherbourg, la cité du graff autorisé », France3-regions, 18 septembre 2017 (lire en ligne).
  4. 4,0 et 4,1 « Graffiti à Cherbourg : Spider-Man tisse sa toile sur un mur d’escalade », La Presse de la Manche, 18 mai 2017 (lire en ligne).
  5. « Un blockhaus manchois redécoré par un graffeur », Ouest-France, 2 février 2018.
  6. « Fermanville : Baby.K et Blesea débarquent avec leur nouveau graffiti ! », La Presse de la Manche, 5 juin 2017 (lire en ligne).
  7. « Le street art s’affiche sans complexe à Granville », Côté Manche, 11 octobre 2017 (lire en ligne).
  8. « Hauteville-sur-Mer. L’art urbain s’affiche au village vacances », Ouest-france, site internet, 16 avril 2018 (lire en ligne).
  9. Anthony Moisson, « Saint-Lô. Visiter la ville autrement avec les peintures murales », Ouest-France, site internet, 24 juillet 2018 (lire en ligne).
  10. « Coutances. Le graffiti est devenu son mode de vie », La Manche Libre, site internet, 27 janvier 2017 (lire en ligne)).
  11. « Coutances. Quand la petite ville s'invite sur les murs de Paris », Ouest-France, site internet, 13 mai 2021 (lire en ligne)

Lien interne